Accueil / A la une / Les femmes de Kankan ont célébré la fête du 8 mars

Les femmes de Kankan ont célébré la fête du 8 mars

Elles étaient plus d’une centaine de femmes et filles habillées en uniforme ce jeudi 8 mars, à prendre part à la célébration de la journée internationale de la femme  sous le thème  » Acquis et perspectives de l’autonomisation des femmes à travers les mutuelles financières des femmes Africaines (MUFFA »).
L’égalité entre l’homme et la femme et les violences basées sur le genre étaient au menu de cette fête commémorative à Nabaya. Pour Aminata Bérété directrice préfectorale de l’action sociale de la promotion féminine et de l’enfance, ce 8 mars est un jour d’indépendance pour les femmes, au cours du quel le bilan annuel de la femme est évalué.
« Dans le cas où il y a des violences surtout sexuelles, nous avons une coordination composée des agents de l’hôpital, de la gendarmerie et de justice.  Aujourd’hui, il y a eu des cas qui ont été jugés et condamnés grâce  aux soutien des partenaires » précise madame Aminata Bérété.
Par rapport à la violence physique dans les foyers, dit on tout commence par la sensibilisation d’abord avant de passer à l’application de la loi pour ne pas être à la base des divorces.
La fête des femmes à Kankan cél-bre aussi la bravoure des femmes qui ont su se distinguer. C’est le cas de madame Traoré née Fatoumata Baïlo Sall propriétaire d’un atelier de soudure au quartier Briqueterie.
Interrogée, Madame Traoré revient sur l’historique de son jeune entreprise et unique  du genre au niveau de la junte feminine.
« Moi je suis sortie du centre de formation professionel(CFP) de LABE en 2008, et dans ce sens j’ai eu un projet  de sept millions de nos francs (7000.000fg) à cette époque, elle  avait déjà été élaborer par des Canadiens ,mais ils étaient à la fin de leurs contrats , ils m’ont donné le projet et ils sont rentrés ,finalement ça n’a pas tenue.Ensuite , je suis aller suivre un cours à la CBG ,je suis revenue et  après dix (10) ans maintenant , j’ai tenu à ouvrir mon atelier ici à Kankan« , explique madame Traoré .
Tout a commencé par un Restaurant qu’elle a ouvert à Labé.
« j’ai realisé ce rêve à travers un restaurant que j’avais initié à LABE, s’etait la cantine du gouvernorat de Labé. Je vendait des repas aux administrateurs. A chaque fois que j’ai un peu de revenu , je garde l’argent puis je viens à Conakry pour acheter un outil et je garde à Labé, jusqu’à ce que je trouve tous les matériaux qui étaient inscrits dans le projet. C’est comme ça que j’ai realisé mon rêve » martelle Fatoumata Baïlo Sall.
Après l’installation de cet atelier le 8 janvier 2018 ,elle a maintenant un chef de garage, des apprentis et collabore  avec deux autres ateliers de soudures de la place ainsi que le Centre de Formation Professionel (CFP) de Kankan .
La PDG de cette entreprise est confrontée a des difficultés  «quand nous sommes dans une ville comme Kankan , où on est pas beaucoup connue , on travaille mais il n y a pas de clients , j’ai faits des portes que j’ai exposée mais pour le moment, il n y pas de clients», se plaint-telle.
Bonne fête à toutes les femmes !
Fatoumata DIAWARA correspondante régionale de newsdeguinee. com

à voir aussi

Accident de Mamou, grève du SLECG: Cellou Dalein se lâche

A l’assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) ce samedi 09 décembre, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*