Accueil / A la une / Les femmes de l’opposition ont marché « contre l’impunité »

Les femmes de l’opposition ont marché « contre l’impunité »

Comme prévue, les femmes de l’opposition ont marché ce mercredi 7 mars sur la route le prince. La marche dite « marche blanche », contre l’impunité pour se terminer à Bambéto. Tout au long du trajet, les femmes ont entonné des slogans hostiles au pouvoir.

Toutes vêtus de blanc et foulard rouges, les femmes de l’opposition ont marché ce mercredi. Brandissant des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire « sans justice pas de paix » ou encore « Alpha rime avec crime », elles entonnaient des slogans pour dire non à l’impunité.

Ariivées au point de ralliement, ces femmes ont tenu des discours caustiques contre l’impunité.

« Alpha, nous voulons la justice pour nos enfants, car trop, c’est trop ! Nous lui donnons deux semaines, si dans deux semaines, le professeur Alpha Condé refuse de nous montrer ceux qui ont tué nos enfants, nous allons le chasser  de ce pouvoir », a lancé Mariama Tata Bah, député de l’UFDG.

 

La Représentante du Bloc Libéral (BL) s’est pour sa part adressée au force de l’ordre qui usent des armes de guerre lors des manifestations.

« Nous exhortons le président de la République, le gouvernement ainsi que les responsables de l’appareil judiciaire à faire la lumière sur toutes les violences politiques et les injustices dans notre pays. Aux forces de défenses, Sachez que les personnes qui sont en train de manifester sont vos frères et sœurs dont vous avez la lourde responsabilité de protéger. Par conséquent, aucune manifestation ne doit justifier l’usage des armes contre des manifestants et ce quelle que soit la nature des instructions que vous recevez de votre hiérarchie. Non à l’impunité et à l’injustice », s’insurge Rouguiyatou Baldé, membre du bureau politique du parti BL.

Quant à l’épouse du chef de file de l’opposition, Hadja Halimatou Dalein Diallo, elle a mis en garde le pouvoir contre toute récidive.

« Ils ont fini de tuer nos enfants, mais nous allons continuer le combat jusqu’à ce qu’il y ait une Guinée unie et prospère. Femmes de Guinée, il est temps de nous lever. Car s’il y a une prochaine victime, nous allons nous rendre à Sékhoutouréya pour dire à Alpha Condé, plus jamais ça! Parce que nous sommes des mamans et nous sommes meurtries du fait qu’on tue nos enfants à chaque manifestation », met-elle en garde.

A noter que ses ont les femmes elles mêmes qui ont barré la route. Obligeant les usagers à rebrousser chemin.

Laïla Bah pour newsdeguinee.com

à voir aussi

Accident de Mamou, grève du SLECG: Cellou Dalein se lâche

A l’assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) ce samedi 09 décembre, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*