Accueil / A la une / La manif du collectif de la société civile dispersé à coup de gaz lacrymogène

La manif du collectif de la société civile dispersé à coup de gaz lacrymogène

Le collectif de la société civile dénommé Mobilisation citoyenne pour sauver l’école guinéenne, a manifesté ce lundi 26 février, dans la commune de Kaloum. L’itinéraire choisi était du Port Autonome de Conakry, au Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation et à la Bourse du travail située à Boulbinet.

Ils étaient quelques dizaines de manifestants, à entonner des slogans comme:  Syndicat, gouvernement, Dialoguez ! Les enfants à l’école ; Tant vaut l’école tant vaut la Nation, mon école mon droit.

Ils ont été stoppés net par des forces de l’ordre, à coup de gaz lacrymogène. Plusieurs d’entre eux ont été arrêtés et conduits à la sûreté de Conakry.

« On quittait le point de ralliement, on suivait notre itinéraire et c’est là que les forces de l’ordre nous ont demandé de rebrousser vers le gouvernorat. C’est là qu’on a pris le chemin de retour, c’est à dos que la police nous a tiré dessus avec des gaz lacrymogènes pour nous disperser », explique Baïlo Barry, membre du collectif.

Ce n’est que après l’intervention du Contrôleur Général, Boubacar Kassée, que les manifestatnts ont été libéré.

« C’est au carrefour du Port Autonome de Conakry , qu’on nous a empêchés de marcher. Nous avons été arrêtés après des tirs de gaz lacrymogène. Nous avons été conduits par la suite à a sûreté urbaine de Conakry puis au commissariat central de Kaloum avant d’être libérés grâce à l’intervention du porte-parole de la Police nationale, le contrôleur général, Boubacar Kassé », déclare le porte-parole du mouvement, Ibrahima Diallo.

C’est finalement au Palais du peuple qu’ils ont pu faire leur déclaration, dans laquelle ils donnent 72h au gouvernement pour mettre fin à la crise. Faute de quoi, le collectif va de nouveau investir les rues.

« Considérant la crise actuelle qui prévaut dans le secteur de l’éducation en Guinée ; soucieux de l’avenir de la Guinée et de l’école guinéenne, le Collectif mobilisation citoyenne pour sauver l’école guinéenne invite le gouvernement guinéen à prendre de la hauteur pour inviter le syndicat des enseignants à dialoguer afin d’aboutir à la reprise normale des cours. Nous invitons également les centrales syndicales à mettre l’intérêt supérieur des travailleurs au-dessus des considérations personnelles. le collectif Mobilisation citoyenne pour sauver l’école guinéenne donne 72 heures au gouvernement pour trouver la solution à cette crise. A défaut, le collectif se réserve le droit d’appeler tous les citoyens à transformer les rues en salles de classe », lance Ibrahima Diallo.

Sékou Koundouno, coordinateur de la cellule Balai Citoyen et membre du collectif soutient pour sa part que  trop c’est trop.

« La plupart de ces membres du gouvernement ont leurs enfants ailleurs et leurs femmes également. Les nôtres sont ici, donc il faudrait qu’ils acceptent de dialoguer », affirme-t-il.

Reste savoir, si le gouvernement va accéder à cette requête.

à voir aussi

Assemblée Nationale : des députés en colère contre le ministre des sports Bantama Sow

Le passage du ministre des Sports, de la culture et du patrimoine historique recalé par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*