Accueil / A la une / Ces propriétés de Kassory Fofana aux USA estimées à des millions de dollars !

Ces propriétés de Kassory Fofana aux USA estimées à des millions de dollars !

Le Collectif Contre l’impunité en Guinée s’inscrit dans le stricte respect de la présomption d’innocence conformément à l’article 9 alinéa 3 de la Constitution guinéenne qui dispose que : « Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’une procédure conforme à la loi. » 
Cependant, nos actions sont aussi fondées sur la même Constitution, entre autres, sur son article 22 alinéa 3 et 4 qui disposent que :

«  Chaque citoyen a le devoir sacré de défendre la patrie.

Les biens publics sont sacrés et inviolables. Toute personne doit les respecter scrupuleusement et les protéger. Tout acte de sabotage, de vandalisme, de détournement, de dilapidation ou d’enrichissement illicite est réprimé par la loi ».

Les personnes dont les photos des biens sont publiées par le Collectif Contre l’Impunité en Guinée, sont ou étaient tous en charge de la gestion des biens publics, et que leurs patrimoines dépassent très largement leurs sources de revenus connus. La majorité d’entre eux sont à la tête de patrimoine qui dépasse largement plusieurs siècles de leurs salaires de fonctionnaires ou de ministre de la République de Guinée. De ce fait, il est de l’obligation de l’Etat et de tout citoyen, sur le fondement de la Constitution, de renverser la charge de la preuve et de leur demander de justifier leur patrimoine conformément à l’article 26 de la constitution qui dispose que : «  Quiconque occupe un emploi public ou exerce une fonction publique est comptable de son activité, et doit respecter le principe de neutralité du service public. Il ne doit user de ses fonctions à des fins autres que l’intérêt de tous. »   
Pour des raisons mentionnées ci-dessus, et comme promis, le Collectif Contre l’impunité en Guinée (CCIG) continue de présenter les photos des maisons des hauts cadres de l’Etat dont la valeur peut laisser croire qu’elles résultent des pillages des biens publics. Il est de leur droit, mais aussi de leur obligation de nous prouver le contraire.
Cette fois-ci, il s’agit de l’une des maisons que possède monsieur  Ibrahima Kassory Fofana aux Etats-Unis. La maison sur la photo a été achetée neuve par Kassory en 2004, dès après son départ du gouvernement du président  Lansana  Conté, alors qu’il n’avait aucune autre source de revenu connue, autre son salaire de ministre. Sa valeur fiscale lors de son achat était d’environ 418,000 dollars. Cette somme correspond à plusieurs siècles de salaire d’un ministre guinéen de l’époque. De ce fait, il est légitime que les Guinéens se demandent sur l’origine de cette fortune. En 2017, la valeur fiscale de cette maison est de 702,000 dollars. Mais ce qu’il faut comprendre, c’est que la valeur fiscale est toujours inférieure à la valeur vénale d’environ 15% à 20%. Donc la maison de Kassory peut-être estimée facilement à 800,000 dollars aujourd’hui.
Nous avons des informations selon lesquelles monsieur Kassory Fofana a aussi un appartement dans la banlieue de Washington. Il aurait aussi acquis récemment un appartement pour sa fille à Conakry, mais aussi un appartement pour l’une de ses filles à LONDRES. Il aurait également acheté une villa pour sa deuxième femme à Abidjan. Les recherches sur ces biens et les recoupements nécessaires pour les vérifier sont en cours et nous demandons à toutes les bonnes volontés de nous apporter leurs aides pour l’identification des biens en question.
Le Collectif contre l’impunité en Guinée a appris que depuis la publication des photos sur l’une des maisons de Malik Sankon, certains hauts cadres guinéens cherchent à revendre leurs propriétés à l’étranger et même en Guinee en utilisant des prête-noms ; soit des parents, leurs enfants, leurs femmes ou des concubines.
Le Collectif rappelle que toute personne qui se prête à ces jeux commet un délit de recèle entre autres,  et il sera passible de lourde peine d’emprisonnement et d’amende. En outre, il est utile de rappeler que certaines dispositions du préambule de la constitution guinéenne rendent les crimes économiques  imprescriptibles. De ce fait, les auteurs seront tôt ou tard rattrapés par la justice.

Leguepard.net

à voir aussi

Guinée-Chine : XI Jinping réaffirme sa volonté de renforcer les relations de coopération entre les deux pays (Lettre)

La Guinée et la Chine, sont deux pays qui se félicitent du dynamisme qui caractérise …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*