dimanche 18 février 2018
Accueil / A la une / La vérité de Souley Thiâguel Bah « les délires de la vengeance » (Opinion)

La vérité de Souley Thiâguel Bah « les délires de la vengeance » (Opinion)

Après sa condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité, le responsable de la communication du parti UFDG Souley Thiâguel Bah se lâche. Lisez…

SEUL LE TONNEAU LEAD ROMPT DU BRUIT

Avez-vous entendu les gesticulations de l’animosité
Cette hostilité l’avez-vous entendue
Etendue sur l’asphalte de la haine répandue
Rependue par la corde d’une aversion trop tendue
Tandis que ce mal fendu veut que je sois un vendu
Vents dus à ses obsessions de pouvoir mal rendues

Avez-vous écouté les vociférations de la grossièreté
Cette incongruité l’avez-vous écoutée
Ecourter les chemins qui mènent à la sincérité
Hérités par autant d’assourdissantes absurdités
Surdités de celui qui croit seul détenir la vérité
Mériter sa vanité n’est que preuve d’honnêteté

Avez-vous suivi les délires de la vengeance
Cette engeance l’avez-vous suivie
Subie ses clameurs qui se meurent dans mon indifférence
Une différence entre moi et celui qui jure que par arrogance
Haro ganse de la dignité aidez-nous à stopper cette insolence
Lance qui se pense plus perçante dans l’immonde mode défiance

Avez-vous perçu les supputations de la cabale
Cette baballe l’avez-vous aperçue
Aperçue dans les dédales de manigances suivies tel un rite
Irrite tout le monde par sa dégaine qui jamais ne médite
Mais dites-lui de passer à la suite pour moi on est quitte
On naît kit d’un bon Dieu que je sais fait de jolis mythes

Avez-vous lu toutes les lignes des accusations
Ces récusations les avez-vous lues
Voulues pour dribbler et jouer aux mauvais délateurs
De la terre qui ne respire plus que spasmes et douleurs
D’où l’heure de ma riposte qui sonnera avec froideur
Fadeur à saler pour lui donner mon goût de bouffeur
Bouffon qui le titille d’humeur d’humour en couleur

Lui avez-vous transmis le message d’un OFNI
Allez, transmettez-le lui
Que moi j’ai décidé de ne pas faire de bruit
Parce que seuls les tonneaux avides font du bruit
Bruissent d’obscurs bourdonnements sans répit
Repus de ce sang de cet innocent qui repartit
Départi de sa plume qui obstinément sourit

En contre plongée de ma terre à l’élite détraquée
Des traqués ne savent plus à quel saint se vouer
S’avouer vaincus ce sont mes concitoyens ferrés
Déférés sans être déferrés pour être enterrés
Enferrés alors que même le Diable ne l’a pas ordonné

J’ai tout écouté s’est écoulé devant moi honneur
Je n’ai personne que je tiens en sainte horreur
Je n’ai ni rancune ni rancœur dans mon cœur
Moqueur serein j’ai tout saisi avec la pudeur
D’un enfant élevé dans la foi du Protecteur
Testeur de notre croyance en Sa Hauteur
À bon entendeur… sali !

La vérité de Souley Thiâguel Bah

à voir aussi

Sidya Touré accuse: les gendarmes avaient des résultats qu’ils devaient donner aux CACV

Lors d’une interview accordée à nos confrères d’Espace. Fm, le président de l’UFR, Sidya Touré, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*