Accueil / A la une / Message de nouvel an de Faya Milimono le président du BL

Message de nouvel an de Faya Milimono le président du BL

Chers Compatriotes,

L’honneur m’échoit de vous souhaiter, au nom du Bloc Libéral ainsi qu’à mon nom personnel, nos vœux pour le nouvel an 2018. Nous souhaitons que 2018 soit pour vous et pour chaque membre de vos familles une année de santé, et de prospérité matérielle et spirituelle. Le parti et moi souhaitons vivement que 2018 soit une année de bonne gouvernance afin que nos populations vivent à la hauteur des abondantes ressources que le Tout Puissant leur a accordées.

Chers concitoyens,

Je saisis cette auguste occasion pour m’incliner pieusement devant la mémoire des martyrs de la démocratie en Guinée. Je parle de tous ces compatriotes, particulièrement des militants des partis d’opposition et aussi des travailleurs grévistes, qui sont tombés sous les balles des forces de l’ordre, lors des manifestations de rues, en 2017. J’exprime aussi ma compassion  pour les Guinéens handicapés, suite aux répressions des forces du régime. J’exprime ma solidarité aux détenus politiques  qui croupissent dans les  geôles du pouvoir.

Je rends également un vibrant hommage aux femmes guinéennes qui, grâce à leurs efforts dans les jardins, les champs et les ateliers contribuent à l’économie de notre pays ; je salue aussi les femmes des bureaux, écoles, des hôpitaux etc. qui rendent d’inestimables services à nos populations. Je dénonce ici toutes les violences faites aux femmes durant l’année qui s’écoule. Beaucoup de cas de viols, même sur les mineures ont été enregistrés durant l’année 2017. C’est une honte pour le pays tout entier, qui reste et demeure très religieux. J’invite l’Etat, à travers ses institutions, à faire preuve de rigueur dans le traitement des dossiers relatifs aux violences faites aux femmes.

Je salue la presse Guinéenne!  Elle constitue l’un des piliers incontournables de notre jeune démocratie. Cette entité professionnelle a enduré de difficiles moments en 2017. Plusieurs journalistes ont été exposés aux risques d’arrestations et de détentions arbitraires, aux manipulations psychologiques à des fins d’intimidations et de dissuasions. Je saisis cette solennelle occasion pour saluer et encourager les journalistes de tous les medias qui œuvrent inlassablement pour l’information objective du peuple de Guinée. A ces compatriotes qui jouent un rôle indéniablement important pour la démocratisation de notre pays, je formule mes meilleurs vœux les meilleurs pour 2018.

Mes pensées vont également à l’endroit de la jeunesse guinéenne meurtrie par le chômage structurel qui engendre un  désespoir infini. Le Bloc Libéral témoigne sa profonde solidarité aux  jeunes africains, dont des Guinéens, qui s’embarquent dans le voyage pour l’Europe. Le BL et moi sommes conscients de la souffrance qu’ils subissent pendant la traversés du désert Maghrébin ; ces jeunes dont la plupart d’entre eux périssent dans la mer méditerranéenne ; ces jeunes qui sont internés dans les camps d’immigrés en Europe ; ces jeunes qui sont vendus comme esclaves en ce 21eme siècle en Libye. Je profite de l’occasion pour dire aux jeunes de Guinée que leur avenir est ici. Joignez-vous au Bloc Libéral pour le construire.

Chers compatriotes,

2017 a été similaire aux années précédentes ; c’est-à-dire une année au cours de laquelle la grande majorité de Guinéens est restés confrontée au chômage structurel, à la flambée du coût de la vie, à la hausse vertigineuse de la criminalité, etc. Conséquemment, les Guinéens de Conakry à Kankan, de Labé à N’Zérékoré sont restés englués dans la misère et dans l’insécurité. Bref, dans toutes nos régions naturelles, les populations n’ont pas accès aux services sociaux de bases dont la santé, le logement, l’eau potable, l’éducation et l’électricité etc. C’est la raison pour laquelle l’année qui vient de  s’achever a été fortement marquée par des tensions sociales un peu partout dans le pays : les émeutes dues au manque d’électricité dans les villes de Boké, Kamsar, Sangarédi, Koulabouie et dans certains quartiers de Conakry; manifestations à Beyla, à Kérouané, sans ignorer les longues  grèves des enseignants en février et novembre 2017, respectivement.

Chers concitoyens

Dans le verset 2 Surat 42 du Saint Coran, il est écrit : « Ne cachez point la vérité et ne la mélangez pas avec le mensonge ». Fort de ce précepte divin, je peux dire sans détour que la situation de marasme que la Guinée traverse depuis notamment 2010 est due aux facteurs suivants : (1) l’amateurisme dans l’exercice de la gestion publique au sommet de l’Etat ; (2) la corruption dont la haute expression est la pratique de  contrats de gré à gré ; (3) la gabegie financière ; et (4) le népotisme. Ces pratiques mafieuses qui sont antinomiques à l’esprit de la bonne gestion publique ont mis les indicateurs macro-économiques de notre pays au rouge. Je citerai, entre autres, la dévaluation du Franc Guinéen par rapport aux devises qui sont utilisées comme référence des termes d’exchanges ; je citerai aussi la balance commerciale guinéenne qui est toujours déficitaire ; et je parlerai de leurs conséquences conjuguées sur le niveau de vie de nos populations, exprimées en Indice de Développement Humain (IDH), et leurs effets cumulés qui concourent à la fragilité de notre Etat.

En effet, de 2010 à août 2017, l’échange du Franc Guinéen s’est fortement déprécié par rapport aux principales devises d’échange (l’Euro et le Dollar). Aussi, pendant les six dernières années, la balance commerciale du pays est demeurée fortement déficitaire. Tous ces facteurs sont  de nature à aggraver la pauvreté de la majorité des Guinéens.

En matière de corruption, selon Transparency International, la Guinée d’aujourd’hui s’est placée parmi les pays les plus corrompus du monde : 142ème /176  pays avec un score de 27 points/100 (2016); 139ème /167 avec un score de 25/100 (2015) ; 145ème /167 avec un score de 25/100 (2014) ; pour ne citer que ces exemples.

Conséquemment, selon la Banque Mondiale, l’Indice de Développement Humain (IDH) de nos populations a évolué de 0.385en 2010 à 0.414 (2015). Pendant la même période, l’IDH du Sénégal, qui n’exporte pas de bauxite a évolué de 0.455 en 2010 a 0.494 en 2015.

Toutefois, il faut rappeler que  le Bloc Libéral avait prévu cette aggravation du marasme socioéconomique en Guinée dès après la  présidentielle de 2015. Le leadership de notre parti savait, à partir d’analyses méthodiques, que la direction qu’avait prise le pouvoir quant à la gestion publique n’était pas la bonne. C’est pourquoi il avait fait certaines propositions au régime en place dont: (1) réduire le prix du carburant à la pompe ; (2) baisser les taxes d’importation sur les denrées alimentaires de premières nécessités dont le  riz, le sucre, l’huile végétale ; (3) mettre une partie du parc automobile de l’Etat en vente, etc. Ces mesures étaient proposées pour (a) réduire le coût du transport et baisser le prix des marchandises transportées ; (b) mettre les denrées alimentaires à la portée de la majorité des Guinéens ; et (c) réduire les dépenses de l’Etat tout en  renflouant ses caisses.

Chers compatriotes

La misère dans laquelle se trouve le peuple de Guinée n’est pas une fatalité. De manière générale, elle résulte de l’incompétence et de l’égoïsme du régime en place. Et l’état désastreux de nos infrastructures en est une parfaite illustration. En effet, depuis son avènement en 2010, le régime actuel n’a construit aucun nouvel hôpital, aucune nouvelle université. Pire, il est incapable d’entretenir les infrastructures existantes ; ce qui, entre autres, cause de graves accidents mortels sur nos routes, aussi bien dans les villes que le long des routes dans l’ensemble du pays.

Chers concitoyens,

Je tiens à souligner que les élections locales prévues pour le mois de février 2018 constituent un jalon important pour le développement de la démocratie dans notre pays. Elles permettront aux populations rurales et urbaines de prendre une part active dans la définition de solutions pour les problèmes qui les assaillent  au quotidien. Aussi, ces élections constitueront une avancée vers la décentralisation du pouvoir ; il faut rappeler que la décentralisation du pouvoir figure parmi les projets de réformes institutionnelles du Bloc Libéral. Partant, j’appelle  tous les militants, tous les responsables et tous les sympathisants à se mobiliser et à participer massivement aux élections dans leurs circonscriptions électorales respectives. Je suis persuadé qu’avec un travail sérieux sur le terrain nous obtiendront de bons résultats.

Enfin, pour terminer cette  allocution, je demande—et même implore—toutes  les forces progressistes de notre pays d’unir leurs forces pour créer la synergie nécessaire au progrès multidimensionnel dont notre pays a tant besoin. Rappelons-nous que la première  fois que les réclamations des Guinéens ont été prises en compte par le gouvernement quasi autocratique de feu Lansana Conté, c’était en 2007. Cette dynamique politique et historique n’a été possible que grâce à la coalition des partis d’opposition, de la société civile  et des syndicats des travailleurs. Aujourd’hui, cette alliance des forces progressistes guinéennes s’avère plus que nécessaire pour faire face aux périls multidimensionnels auxquels s’expose notre pays.

Chers compatriotes 

Il est incontestable que la pauvreté gagne du terrain. Le Président Alpha Condé qui a dit « n’avoir pas hérité d’un Etat » n’en a pas créé ; la démocratie recule face à une autocratie déguisée, l’économie mal gérée affame des millions de Guinéens. Pire, nos populations, y compris celles qui étaient les thuriféraires du régime,  perdent confiance en la capacité du régime actuel de corriger cette situation de paupérisation effarante. Cependant nous  devons raffermir notre espoir en un avenir radieux pour les Guinéennes et les Guinéens, sans considération ethniques, de genre ou de confession. Battons-nous  avec plus d’abnégation et de persévérance jusqu’à l’instauration d’une gouvernance positive dans notre pays. Car comme le dit un proverbe africain,  » Quelle que serait la durée de la nuit, le soleil se  lèvera le matin ». L’obscurité cèdera toujours et infailliblement devant la lumière.

Chers compatriotes,

Je vous souhaite, en mon nom et en celui du BL, une bonne et heureuse année 2018. Que DIEU  le Tout Puissant guide et protège la Guinée et les Guinéens.

Vive la République de Guinée

Vive la démocratie

Vive  le Bloc Libéral Faya L. MILLIMOUNO, Ph.D.,

Président du Bloc Libéral (BL),

Conakry – République de Guinée

à voir aussi

Un camion percute un motard à Ourékaba (Mamou): bilan deux morts

Un accident mortel est survenu dans la journée de ce jeudi 19 juillet 2018, dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*