Accueil / A la une / A propos de la grève « sauvage et illégale » le syndicaliste Aboubacar Soumah répond

A propos de la grève « sauvage et illégale » le syndicaliste Aboubacar Soumah répond

Mardi dernier, le ministre de la justice Cheick Sakho a accusé les syndicalistes du SLECG d’avoir déclenchés une grève illégale et sauvage. Interrogé par nos confrères de la radio Espace ce vendredi 24 novembre, le syndicaliste Aboubacar Soumah a réagit à ce sujet.

« Je ne vois pas en quoi notre mouvement est sauvage ou illégal. Nous avons touché les autorités officiellement. On ne peut qualifier ce mouvement de grève sauvage si on n’a pas la mauvaise foi de satisfaire à nos besoins.  Ce n’est pas à cause de la sanction que nous n’avons été appelés pour négocier. Mais c’est que de nos jours, ni le Premier ministre, ni les ministres qui étaient là ne pouvaient résoudre le problème. Nous sommes très soucieux du fait que les enfants ne sont pas en classe, car ça nous préoccupe très sérieusement mais il faut que les enfants comprennent que les enseignants souffrent énormément et que les salaires que nous percevons sont insuffisants et ne peuvent pas nous permettre de couvrir le mois. Et tant que les points ne sont pas satisfaits, le mot d’ordre de grève reste maintenu« , prévient le syndicaliste en cavale.

Toute fois, les autorités restent indiférentes à cette revendication puisse qu’aucun d’entre eux, n’a encore été invité pour des négociations, s’inquiète Aboubacar Soumah

« Depuis que nous avons déposé notre avis de grève une semaine avant le déclenchement de la grève qui a eu lieu le 13 novembre, je vous dis jusqu’à ce jour, nous n’avons pas été appelés  par les responsables du département pour l’ouverture d’une quelconque négociation. Donc, nous sommes soucieux de ce qui se passe sur le terrain à savoir les morts, les viols. Mais c’est la responsabilité des autorités administratives qui sont restées indifférentes face à l’avis que nous ayons déposé« , dit-il.

Pour le moment, un calme précaire règne dans la capitale et la grève continue

à voir aussi

La HAC demande aux médias de s’abstenir de relayer les déclarations des coordinations régionales

Dans une décision en date du 05 décembre, la Haute Autorité de la Communication (HAC) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*