Accueil / A la une / La grève des enseignants qualifiée d’illégale par le ministre de la justice

La grève des enseignants qualifiée d’illégale par le ministre de la justice

Lors d’une rencontre ce lundi 20 novembre, le ministre de la justice Me Cheick Sacko entouré de ses homologues Ibrahima Kalil Konaté de l’éducation nationale, Billy Nankouma Doumbouya de la Fonction publique et le général Bouréma Condé de l’Administration du territoire,  a déclaré que la grève déclenchée par les enseignants, est illégale.

« Par un mouvement illégal, on a appelé les enseignants à observer un mouvement de grève. Voyez-vous quand des personnes se font suspendre ou exclure par leur syndicat et du coup, appellent une grève, qu’on appelle grève sauvage dès lors qu’elle n’est pas encadrée par la loi. Il faut que les guinéens arrivent à respecter les textes quels qu’ils soient. On ne peut pas accepter que des gens qui ont été suspendus par leur syndicat, donc qui n’ont aucune autorité à appeler les enseignants à la grève dans ce pays, à faire grève déclare-t-il à la télévision nationale.

Le ministre de la justice invite les deux leaders syndicaux en cavale (Aboubacar Soumah et Elhadj Abdoulaye Portos Diallo), à se rendre à  la justice guinéenne.

Depuis une semaine, à l’appel d’une partie du syndicat de l’éducation, les cours sont perturbés dans plusieurs établissements publics de Conakry. Cette situation pousse plusieurs élèves à descendre dans la rue empêchant la circulation routière.

à voir aussi

Mines: la Guinée dément les allégations d’abandon des poursuites contre BSGR

Conakry, le 14 Décembre 2017 – Le Gouvernement de la République de Guinée dément formellement les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*