Accueil / A la une / Liberté de la presse: la grosse colère des journalistes contre la HAC

Liberté de la presse: la grosse colère des journalistes contre la HAC

Forte mobilisation des journalistes de la presse privée ce mardi 7 novembre. Ils étaient des centaines à manifester contre les décision de la HAC suspendant la radio Espace pour 7 jours après que des gendarmes aient molesté des journalistes.

Du ministère de la communication à la haute autorité de la communication, la mobilisation était forte ce mardi 7 novembre. Les journalistes entonnant des slogans comme: « sans liberté de presse, pas de démocratie, pas d’Etat de droit ! Les commissaires de la HAC dehors ! Nous ne sommes pas des gibiers pour les services de défense et de sécurité ! », « martine zéro », « martine dégage » ont envahi la devanture de l’institution. Des gendarmes postés à l’entrée du bâtiment, ont empêché les manifestants d’accéder aux locaux.

Le secrétaire général du syndicat des professionnels de la presse a déclaré que ce n’est que le début.

« La marche d’aujourd’hui est un avant goût. La semaine dernière nous nous sommes mobilisés à l’escadron mobil de Matam, pour exiger la libération de Monsieur Camara. 18 personnes blessés graves sont aujourd’hui dans les hôpitaux. Aujourd’hui c’est la marche, jeudi les associations de presse vont porter plainte au tribunal. Après quoi, nous associations de presse,  allons nous concerter pour voir quand Est-ce que nous allons organiser des journées sans presse », annonce Sidy Diallo.

Pour sa part, le président de l’association guinéenne de la presse en ligne (AGUIPEL) a déclaré qu’il n’est pas question que le régime d’Alpha Condé prive la presse de sa liberté.

« Lansana Conté  a été donné mort plusieurs fois et en ce moment les partis d’opposition les plus virulents avaient des cellules de rumeurs qui préparaient cela. Pourtant, Lansana Conté n’a mis ni opposants en prison pour cela, ni journaliste en prison pour cela. En plus, il y a une juxtaposition de faits très graves puisqu’on continue à brouiller des ondes et à suspendre des radios. Donc, il y a vraiment un acharnement et cette marche, c’est pour d’abord  mettre fin à tout cela. Ce régime a trouvé cette presse libre, on veut qu’il parte en la laissant libre. S’il ne peut pas améliorer sa liberté, au moins qu’il ne l’a restreint pas« , déclare Amadou Tham Camara.

Le président du conseil national des organisation de la société civile CNOSC soutient qu’il n’est pas question de négocier la liberté de la presse.

« Nous ne négocierons pas la liberté d’expression et de presse parce que ça été obtenue après de lourds sacrifices. La seconde chose est que si la presse est inquiétée, ce n’est pas la presse qu’on vise. C’est les organisations de la société civile d’une manière globale qu’on vise, donc ceux qui défendent les droits des citoyens. Mais la liberté qui est obtenue, l’espace qui est négocié pour la presse, même un millimètre nous ne concéderons pas. Nous demanderons aux autorités, qu’ils ont intérêt à coopérer avec la presse et de respecter cette presse. Parce que sans la presse, ceux qui dirigent aujourd’hui le pays n’allaient pas être là. C’est la presse qui a montré au moment venu qu’ils ont été victimes d’arbitraire. Le retour de la monnaie, c’était de construire une maison de presse digne de nom pour la presse guinéenne et de créer des opportunités pour la presse pour que les journalistes se développent et se forment. Mais pas pour les muselés. Nous ne sommes pas prêts à l’accepter et nous ne négocierons pas ça », tranche t-il.

L’officier en charge de la communication de la gendarmerie présent à cette marche, a plaidé pour un règlement pacifique de la crise avec les journalistes.

« Venez nous allons négocier au Haut Commandement de la Gendarmerie. Ca ne nous arrange pas, ça ne vous arrange pas non plus qu’on parte en guerre du tout. Nous avons acheté tous les médicaments de tous les blessés. Pour le moment, notre souci est que vous retiriez la plainte », plaide t-il.

Les associations de presse vont porter plainte jeudi prochain, contre l’escadron mobile de Matam. Ces associations projettent également, des journées sans presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*