samedi 22 septembre 2018
Accueil / A la une / Les avocats guinéens boudent les audiences pendant 10 jours

Les avocats guinéens boudent les audiences pendant 10 jours

Le conseil de l’ordre des avocats décide de boycotter les audiences dans toutes les juridictions guinéennes, à compter de ce mercredi 25 octobre. C’est pour protester contre les violences dont sont victimes les avocats, de la part des officiers de police judiciaire. La décision a été prise ce mardi, lors de l’assemblée générale ordinaire de l’ordre des avocats.

La décision s’étend sur 10 jours à compter de ce mercredi 25 octobre, jusqu’au 6 novembre sur toute l’étendue du territoire national.

« Quand les avocats se présentent au niveau des services de police judiciaire, ils sont victimes souvent de tracasseries, il y en a même qui sont violentés. Il y a certains agents des police judiciaire, qui refusent catégoriquement de collaborer avec les avocats. Ils cherchent tous les prétextes pour les empêcher de faire correctement leur travail, soit pour les empêcher d’accéder aux lieux de détentions. Il faut que nous entreprenions des actions d’envergures, pour attirer l’attention non seulement de l’opinion nationale, mais aussi l’attention des décideurs. Donc sur une période de 10 jours, toutes les audiences, toutes les juridictions seront boudées par les avocats« , explique Me Mohamed Traoré, bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée.

Ces avocats accusent aussi les parquets d’être en complicité avec ces officiers de police judiciaire, pou les empêcher de faire leur travail.

« Il se trouve que, lorsque les avocats sont confrontés à ce genre de situation, leur seul recourt sont les parquets. Mais nous constatons malheureusement, qu’il y a une impuissance de la part des magistrats du parquet parfois même au delà de l’impuissance, y a de l’indifférence et même parfois la complicité. Les avocats ont déposés des plaintes régulières contre les officiers de police judiciaire, ces plaintes n’ont jamais été examinées. Elles sont bloquées pour des raisons que nous ignorons« , déplore Me Mohamed Traoré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*