Accueil / A la une / INSE de Donka: 6 prématurés décédés suite à une coupure de courant

INSE de Donka: 6 prématurés décédés suite à une coupure de courant

De nouvelles accusations contre l’institut de nutrition et de santé de Donka. Six (6) bébés prématurés sont décédés à la suite d’une coupure de courant dans cet hôpital. Les parents de ces nourrissons accusent les responsables de ce centre hospitalier de négligence et de raquette. Le directeur de l’INSE se dit prêt à recevoir les journalistes.

Selon le père d’un prématuré qui a brisé le silence, est convaincu que sa fille prématurée, est décédé suite à une coupure de courant.

« Mercredi le 20, vers 17h, j’ai demandé à Major, s’il y a le carburant dans le groupe, 3 fois de suite. Aux environs de 20h, il y a eu coupure de courant. Il est venu me dire qu’il n y a pas de courant. Je lui ait si c’est maintenant qu’il me dit qu’il n y a pas de carburant. Il a répondu tant pis, que ce n’est pas son problème. C’est ainsi que j’ai dit à mon beau, que moi je suis désespéré. Par ce que l’enfant que je vois, il ne respire pas comme avant », explique Ibrahima Diallo le père d’un des prématurés décédés.

Le nommé major, aurait ensuite réclamé de l’argent aux parents des bébés, pour alimenter le groupe électrogène en carburant.

« Ils ont demandé à tout le monde de contribuer. Personne n’a voulu donner. C’est moi qui ait donné 50 milles. Après quelques minutes, ils ont ramené mes 50 milles, ils sont allés acheter le carburant. Avant qu’ils ne reviennent, au moins 4 à 5 bébés sont décédés« , témoigne ce père meurtri.

Ce n’est pas la première fois que telles accusations pèsent sur ce centre de nutrition.

En plus du manque de place dans cette structure sanitaire, ce père dénonce, l’indifférence des médecins de garde, face aux souffrances des enfants et de leurs parents.

« A 23h, tu ne vois aucun médecin. Tout le monde est couché dans leur bureau climatisé. Même quand tu frappe à leur porte, ils te répondent qu’ils sont seuls, qu’ils ne peuvent pas se diviser en 2. Là où les enfants se couchent, il y a même des insectes qui se promènent à côté des enfants », dit-il.

Le directeur de l’institut de Nutrition de Donka se dit prêt à écouter ses victimes, si elles disposent des preuves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*