Accueil / A la une / Education: les syndicalistes demande le retour de leur collègue chassé des négociations

Education: les syndicalistes demande le retour de leur collègue chassé des négociations

Le syndicat libre des enseignants chercheurs de Guinée SLEG, accuse le gouvernement de vouloir anéantir le mouvement syndical en nommant son secrétaire général adjoint. Pour le SLEG, cette nomination est une manière d’affaiblir sa lutte syndicale. Ce dernier a été expulsé de la salle de négociation, pour n’avoir pas rejoint son lieu d’affectation.

Cette situation selon les responsables du SLEG, pourrait saper les négociations en cours sur la grille salariale.

« Le gouvernement ne veut pas parler de la valeur monétaire du point d’indice. On a relevé cela, ils ont demandé au syndicat, de mettre sur la table, d’autres points de revendication plutôt que ceux sur quoi, les négociations de septembre avaient été programmées. C’est à dire, le maintien de la valeur monétaire du point d’indice à 1030 et à 977 pour l’ensemble des travailleurs », déclare Le secrétaire général adjoint du SLEG Aboubacar Soumah.

Le secrétaire général adjoint du SLEG a été nommé comme directeur préfectoral de l’éducation à Dinguiraye, au moment des négociations. Mais Aboubacar Soumah, n’a pas l’intention de s’y rendre.

« Pour complètement décapiter le syndicat des enseignants qui est la cheville ouvrière du mouvement de revendication en Guinée. Une manière de nous déstabiliser, de nous décapiter. C’est ce qui me motive à ne pas aller, à ne pas rejoindre ce poste », affirme Aboubacar Soumah.

Le mouvement syndical n’entend pas se limiter là. Des démarches sont entreprises à la base, pour son retour sur la table des négociations.

« La base a tenu des assemblées, au cours des quelles, elle a décidé d’envoyer des messages à l’USTG à laquelle le SLEG est affilié, demander au gouvernement, le retour sans condition de nos représentants, au sein de la commission de négociation« , tranche t-il.

Si rien n’est fait, les choses risques de s’écorcher à nouveau, entre syndicat et gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*