vendredi 14 décembre 2018
Accueil / A la une / Procès sur l’assassinat de Mohamed Koula: les accusés à la barre

Procès sur l’assassinat de Mohamed Koula: les accusés à la barre

Le procès sur l’assassinat de Mohamed Koula Diallo tué le 5 février 2016, se poursuit au tribunal de première instance de Dixinn. Ce lundi 25 septembre, les accusés se sont présentés à la barre, pour donner leur version des faits.

Amadou Sow, un des prévenus qui a été appelé à la barre, déclare n’avoir jamais tiré puisse que ne disposant pas d’une arme.

«  Il a rejeté en bloc des accusations portées contre lui. Il a expliqué qu’il était là le 5 février 2016 pour sécuriser le président de l’UFDG, Elhadj Cellou Dalein Diallo. Il n’était porteur ni d’une arme cachée, ni d’une arme apparente. Il a sécurisé son patron et il est retourné à la maison. Il ne pouvait pas resté dans l’enceinte du siège pour sécuriser Elhadj Cellou et donner la mort au journaliste Koula Diallo qui était tout à fait dehors », a explique Me Salifou Béavogui, avocat de la défense à sa sortie d’audience.

Le second accusé dans le dossier, Algassimou Keïta, a rejeté le PV de son interrogatoire. Selon lui, les aveux consignés dans se PV ont été fait sous la torture. Après qu’on l’ai étranglé, l’officier aurait appelé au téléphone le général Ibrahima Baldé, le Haut commandant de la gendarmerie nationale, avec la promesse de l’intégrer à la gendarmerie s’il dénonce son ami Amadou Sow.
Pour les avocat de la défense, il n y a aucun doute, le meurtrier de Mohamed Koula Diallo est toujours dans la nature.

« Le dossier est monté de toutes pièces, parce qu’on suppose que notre client Sow, fait parti de la garde rapprochée du couple Dalein donc, il faut coûte que coûte le sacrifier. Le second accusé qui est Algassimou Keita a démontré également qu’il n’a pas participé aux infractions commises. Plus grave, il a été isolé pendant deux jours, torturé au niveau de la gendarmerie en dehors de l’assistance de ces avocats pour l’amener à avouer que Sow portait une arme. Donc, aujourd’hui la vérité a éclaté. Conséquence, le meurtrier de Koula Diallo court toujours », soutient Me Béa.

L’avocat de la partie Civile, Me Emmanuel Bamba, prévient qu’il va prouver, que ces accusés sont bel et bien les coupables du meurtre de Mohamed Koula Diallo.

« Ils sont entrain de nier en bloc tout ce qu’ils ont reconnu à l’enquête préliminaire. Ils disent qu’ils ont été torturés sans pouvoir apporter la preuve. Vous savez que depuis la réforme du secteur de justice, nous demandons aux OPJ de bien traiter les suspects. L’un des accusés parle même du fait qu’on lui a donné 50.000 FG, pour le déjeuner, sans rapporter la preuve. Cela n’engage que lui. Nous allons démontrer que c’est eux les coupables du crime crapuleux, le 05 février 2016. C’est-à-dire l’assassinat de votre collègue journaliste au siège de l’UFDG », rétorque l’avocat de la partie civile.

La défense demande la reconstitution des faits, sur les lieux du crime. Le procès a été renvoyé, le 9 octobre prochain.

à voir aussi

Ouverture du procès de Cheick Ahmed Fofana au TPI de Mafanco

Le procès de Cheick Ahmed Fofana, prédicateur du régionalisme et de l’ethnocentrisme sur les réseaux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*