samedi 22 septembre 2018
Accueil / A la une / Rebelote: il n y aura pas d’élections communales en 2017 selon la CENI

Rebelote: il n y aura pas d’élections communales en 2017 selon la CENI

Il n y aura pas d’élection communales avant 2018, annonce faite par la CENI ce lundi 11 septembre. Alors que les acteurs politiques réclament un chronogramme électoral dans un bref délai, rebelote, la CENI vient de casser la baraque avec cette annonce inédite.

Invité dans l’émission les grandes gueules, Etienne Soropogui, le chargé des opérations de l’institution électorale, a donné les raisons de ce retard.

« C’est pas prudent au stade où nous sommes. Il y a une culture au niveau de la CENI, c’est qu’on fixe des dates, qu’on ne peut pas respecter.  Un chronogramme, c’est aussi les condition de mise en œuvre. Quand on a pas d’argent, on ne peut pas organiser des élections. Nous avons besoin de ressource, par ce que nous avons des activités à mener. Naturellement, il n’est possible de dérouler ces activités, qu’en 120 jours. Nous demandons à ce que les ressources soient mises rapidement à la disposition de la CENI, pour qu’elle puisse rapidement dérouler ce chronogramme. Nous apprenons qu’au niveau de l’assemblée nationale, on a  positionné 100 milliards, ça ne suffit pour faire ces élections« , annonce Etienne Soropogui, directeur des opérations de la CENI.

Il a ajoute aussi, que certaines dispositions du nouveaux code électoral, on besoin d’être appliqué sur le terrain.

« Au titre des activités par exemple, avant qu’on aille au dialogue, au niveau de la CENI on avait finalisé un activité phare, stabilisation de la cartographie. Il se trouve que la nouvelle loi indique qu’il faut ramener le notre d’électeur au niveau d’un bureau de vote, de 1000 à 600. Elle indique également, qu’aucun électeur ne dois être à plus de 2 kilomètres de son bureau de vote. Initialement c’est 5 Km.  Tout cela doit faire l’objet d’implémentation en machine. Sa doit prendre un certains délai incompressible qui doit se dérouler en 90 jours. A l’intérieur de ces 90 jours, vous avez assez d’activité de logistique, de gestion des candidatures, des activités de sensibilisation et de formation. Et puis après, on a mis 30 jours, pour la distribution des cartes« , ajoute t-il.

Parlant de la pression de l’insistance des partis politiques à tenir les élections communales avant la fin de l’année 2017, Etienne Soropogui soutient qu’il y a lieu de respecter le déroulement d’un chronogramme électoral.

« Nous devons dans notre pays, sortir, du fétichisme des dates. Par ce que c’est le piège dans lequel tout le monde tombe malheureusement. Un chronogramme c’est à la fois des activités, des délais de mise en œuvre. On a naturellement des délais légaux, des délais logistiques, des délais opérationnels et incompressibles et puis après vous avez les moyens de mise en œuvre. C’est tout ça qu’on appel chronogramme », clame monsieur Soropogui.

Cependant, le directeur des opération de la CENI assure, qu’un atelier de concertation avec les acteurs politiques, se tiendra la semaine prochaine.

à voir aussi

CENI: pourquoi Ramatoulaye Bah a été empêchée d’installer des démembrements de la CENI à Pita et à Dalaba?

Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de la République de Guinée, Me …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*