Accueil / A la une / Opposition: le retour des frondeurs « nous avons décidé de taire nos divergences »

Opposition: le retour des frondeurs « nous avons décidé de taire nos divergences »

Après des mois de rupture, 3 partis frondeurs de l’opposition républicaine dont l’UFC, les NFD et le RDIG ont marqué leur retour ce mercredi 23 août. Ils ont participé à la plénière de l’opposition, au cour de laquelle les divergences ont été discuté et aplanis. L’annonce a été faite par Aboubacar Sylla, au sortir de la plénière au QG de l’UFDG.

A l’ordre du jour de la rencontre, la rupture des relations entre le chef de file de l’opposition et les autres membres de l’OR. Le second a porté sur l’accord politique du 12 octobre 2016.

Parlant du premier point, Aboubacar Sylla a déclaré que ce retour marque la volonté d’une alternance politique en 2020.

« L’alternance est possible si l’opposition est unie et forte. Donc, nous avons décidé de taire toutes ces divergences et tourner la page de ces petits  conflits internes, de faire en sorte qu’à l’avenir toutes les divergences soient réglées en interne au lieu d’être exposées sur la place publique, notamment par voie de médias. Donc l’opposition  se retrouve plus forte que jamais et déterminée à poursuivre son combat qui passe bien évidemment par la mise sous pression de ce régime, qui ne connaît malheureusement que le rapport de force. Cette opposition a décidé de se mettre ensemble pour faire en sorte que l’alternance tant souhaitée par les Guinéens puisse effectivement avoir lieu. Mais cela n’est possible que s’il y a la cohésion. Et cette cohésion n’est possible que dans le respect réciproque, dans la considération réciproque, dans la courtoisie entre les différents leaders. Nous avons dit qu’il faudrait à l’avenir ne pas répéter les erreurs du passé, éviter les attaques personnelles, continuer les débats d’idées. Quelle que soit la cohésion de notre entité, il y aura toujours quelques divergences, qui doivent être réglées dans le cadre d’un débat civilisé, courtois, fraternel, de manière à ce que la cohésion de l’opposition soit toujours maintenue« , déclare Aboubacar Sylla, président de l’UFC

Abordant le point de l’accord politique du 12 octobre 2016, le leader de l’UFC soutient que des avancées ont été enregistrées notamment avec la présence de la CENI au sein du comité de suivi.

 » Elle s’est engagée d’une part à mettre à la disposition de la classe politique, de la société civile et de tous les compétiteurs électoraux un projet de chronogramme, qui sera discuté, qui va donner lieu, après la prise en compte de certains amendements, à un chronogramme définitif que nous attendons dans les jours à venir pour l’organisation des élections locales.  La CENI s’est réellement engagée à initier rapidement les démarches nécessaires auprès du ministère de l’Economie et des Finances  afin de lancer un appel d’offres en vue du recrutement  de l’operateur qui va être chargé de l’audit du fichier électoral », ajoute Aboubacar Sylla

à voir aussi

Les femmes de l’opposition annoncent une journée de recueillement et une manifestation

Après l’échec de la mobilisation du jeudi 1er novembre, les femmes de l’opposition républicaine vont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*