dimanche 23 septembre 2018
Accueil / A la une / Affaire 28 septembre: le ministre de la justice donne rendez-vous en fin 2017

Affaire 28 septembre: le ministre de la justice donne rendez-vous en fin 2017

 

En prélude aux vacances judiciaires qui commencent ce mois d’août, le ministère de la justice a tenu une conférence de presse ce vendredi 4 Août. Il a été question de débattre sur le dossier du 28 septembre, les vindictes populaires, les dossiers Elie Kamano et Takana Zion. S’était à l’occasion d’une conférence de presse.

Pour commencer, le ministre de la justice a évoqué le dossier des évènements du 28 septembre. Me Cheick Sacko donne rendez-vous en fin 2017, pour l’ouverture du procès.

« Je réitère ce que j’ai dit, je vous donne rendez-vous fin 2017, pour voir si la justice guinéenne a avancé ou pas. Ce dossier sera clôturé bientôt et on passera à la phase suivante« , lance t-il sans pour autant promettre.

Selon le procureur général du tribunal de première instance de Dixinn, le dossier stagne, en raison de la suspension de leur participation, du pool d’avocat de Toumba Diakité.

« Le pool des juges a accepté et a adressé en direction des avocats de certains inculpés des correspondances pour informer de la date des confrontations. Le collège d’avocats constitué a répondu au pool de juges que pour le moment, il suspendait sa participation à la procédure pour des raisons qui lui sont propres. Il ne me revient pas étant partie au procès d’apprécier la démarche de ces avocats. Il appartient plutôt au pool de juges d’instruction de décider de la suite de la procédure. Il s’est passé également que des parties civiles ont de nouveau été entendues dans cette procédure et nous avons recueilli leurs auditions. Ce que je vous dis est constant parce que les actes sont dans la procédure. C’est comme pour vous dire que cette procédure suit son cours normal. Il a été également envoyé à destination des autorités judiciaires françaises une commission rogatoire. Nous attendons toujours le retour de la commission rogatoire. Une mission a été déterminée dans la commission rogatoire, ça veut dire ce que le pool de juges voudrait que les autorités judiciaires françaises accomplissent dans le cadre de la coopération judiciaire qui est tout à fait normal entre Etat« , explique ce dernier.

Ils promettent quand même, d’aller jusqu’au bout du dossier.

Laïla Bah pour Newsdeguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*