vendredi 21 septembre 2018
Accueil / A la une / Bakary Fofana persiste et signe: « je suis le président légitime de la CENI »

Bakary Fofana persiste et signe: « je suis le président légitime de la CENI »

En réponse à la demande de libération du bureau qu’il occupe, Bakary Fofana a dans une déclaration lue mardi au siège de la Ceni, assuré qu’il reste et deumeure le président légitime de l’institution. Et qu’il n’entend pas se faire prendre en otage. Lisez…

« En renouvelant ici mes salutations chaleureuses aux populations guinéennes, je voudrai aussi saluer l’ensemble des acteurs politiques qui animent la vie publique qu’ils soient de l’opposition ou de la  mouvance présidentielle. Il est vrai que le silence qui a été le nôtre durant tout ce temps a pu surprendre de nombreux concitoyens. Mais notre idée était avant tout de permettre aux guinéens de connaitre la vérité.

La crise à la CENI ne tenait pas à une simple question relative à la mise en place d’un comité de trésorerie. Au-delà de l’habillage institutionnel ou l’amélioration du fonctionnement de la CENI, cette crise vise à m’enlever à la tête de l’institution électorale en usant de la force et en violation des règles de droit consacrées en la matière. Ainsi, sans raisons justifiées, les auteurs de la crise cherchent à m’évincer avec force et à s’autoproclamer avec force. Aussi, les mêmes auteurs veulent faire une passation avec force, tenir des plénières avec force et convoquer le personnel administratif avec force.

Alors qu’ils convoquent régulièrement les journalistes sans raison valable, des menaces sont adressés à mes proches et moi par SMS.

En dépit de tout, je suis et demeure le Président légitime de la CENI.

Au titre de mes priorités figurent en bonne place, l’élaboration du chronogramme des élections locales et le recrutement d’un cabinet pour l’audit du fichier électoral conformément au communiqué rendu public par le communiqué du Président de la République.

Je ne me laisserai pas prendre en otage, ni sacrifier la Guinée, ni satisfaire des revendications financières irréalistes qui si elles sont acceptées, coûteront injustement plus de huit (8) milliards de franc chaque année aux contribuables guinéens.

La crédibilité des élections est intimement liée à celle de l’institution électorale et des actes que celle-ci pose. Je suis respectueux des institutions et valeurs de la République. Les institutions méritent respect et considération. C’est pour cette raison, que nous avons décidé de saisir la Cour Constitutionnelle.

Je vous remercie

Que Dieu bénisse la Guinée

Fait à Conakry, le 1/08/2017

à voir aussi

Rebelote: il n y aura pas d’élections communales en 2017 selon la CENI

Il n y aura pas d’élection communales avant 2018, annonce faite par la CENI ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*