mercredi 18 juillet 2018
Accueil / A la une / Jean Marc Téliano clash Cellou Dalein: « il n’a aucun respect pour ses collègues »

Jean Marc Téliano clash Cellou Dalein: « il n’a aucun respect pour ses collègues »

Interrogé par nos confrères de Radio Espace ce lundi 10 juillet, Jean Marc Téliano donné les raisons qui a favorisé la formation d’une nouvelle alliance politique. Pour le leader du parti RDIG, Cellou Dalein Diallo a toujours méprisé ses collègues de l’opposition Républicaine.

Pour commencer, il soutint que les parti membres du Front pour l’alternance démocratique restent au sein de l’opposition républicaine.

« Nouer des alliances avec d’autres partis politiques ne veut pas dire que vous quittez l’opposition Républicaine non! Cellou Dalein a signé une alliance avec un parti de la mouvance l’UDG. Il n’ ya pas eu de polémique. Pourquoi notre alliance crée beaucoup de bruit. A partir de demain, nous seront au nombre de 15 partis politiques. Tous les partis politiques qui ont quitté l’opposition vont se rallier à nous. C’est pour vous dire, qu’il faut prendre très au sérieux cette alliance », annonce Jean Marc Téliano.

Même si Jean Marc Téliano n’a pas cité de nom, des indiscrétions parlent des partis PEDN, de l’UFR. Il déclare qu’aucun parti politique ne peut effrayer le leader du RDIG.

« On dit plus haut, que cette fois-ci que chacun fait cavalier seul. Mais moi je ne vois pas en Guinée, un parti politique qui peut faire cavalier seul. Je suis d’accord qu’il fasse cavalier seul mais moi on ne peut pas me faire peur. Par ce que moi je n’ai jamais été remorqué par qui que ce soit. Je suis toujours parti sous le label RDIG et je n’entend pas être sous le label d’un autre parti », explique t-il.

Pour lui, rien ne justifie l’organisation d’une manifestation.

« Je ne vois aucune raison de manifester. Au moment où nous avions élaborés un programme de marche et de meeting, c’est à ce moment que le chef de file a multiplié les voyage à l’extérieur, comme par hasard. On avait des choses sérieuses à débattre localement, ce n’est pas à l’extérieur. Il n’a aucun respect pour ses collègues. Mais on n’est pas parti de l’opposition, c’est un recul tactique, pour prendre notre destin en main. Nous avons eu l’impression, que nous n’avions pas le choix, il faut suivre. Aujourd’hui, nous ne sommes plus prêt à suivre.Cette marche nous n’allons pas y participer. Les raisons sont simples. La CENI qui refusait de participer au comité de suivi l’a réintégré. Le point de 2 de l’accord qui a été adopté par les partis, a été partiellement respecté », explique l’ancien ministre de l’agriculture.

 

à voir aussi

Transports: voici les nouveaux tarifs des transports inter-urbains

Le ministère des Transports a publié les tarifs des tarifs des transports inter-urbains et ce, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*