mercredi 18 juillet 2018
Accueil / A la une / Sale temps pour l’UFDG (Par Mohamed Sita Cissé)

Sale temps pour l’UFDG (Par Mohamed Sita Cissé)

Le moins qu’on puisse dire et écrire aujourd’hui, c’est que l’horizon est en train de s’assombrir, politiquement parlant, pour l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) du chef de file de l’opposition guinéenne, Mamadou Cellou Dalein Diallo. Après ses revers électoraux de 2010 et 2015 face au RPG Arc-en-ciel du Professeur-Président Alpha Condé, l’UFDG de l’ancien Premier ministre de Lansana Conté semble avoir exclusivement jeté son dévolu sur les manifestations de rue pour essayer d’attirer l’attention des Guinéens et de la Communauté internationale sur lui.  Une stratégie qui, de l’avis de tous les observateurs attentifs de la scène politique guinéenne, n’aura donné à ce jour aucun résultat positif. Beaucoup ont pensé, que la signature de l’accord politique du 12 octobre 2016 aurait finalement convaincu l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée) de renoncer définitivement à ces manifestations de rue qui, on le sait, sont toujours émaillées de violences. Si l’on n’enregistre pas des cas de morts, ce sont les biens publics et privés qui sont détruits ou pillés par des manifestants incontrôlés et surexcités. Il y a quelques semaines, l’affaire dite des 500 millions GNF accordés mensuellement au chef de file l’opposition a fait les choux gras de la presse locale et internationale. Certains alliés de l’UFDG au sein de l’opposition républicaine se sont sentis floués et roulés dans la farine par celui qu’il considérait jusque-là comme un homme qui ne jure que par la transparence et la bonne gouvernance. Des alliés politiques à qui il a signifié quelques mois plus tôt que son parti est suffisamment fort, mieux loti financièrement et bien implanté à travers tout le pays pour s’encombrer des alliances politiques. Une façon de leur dire que désormais, c’est ‘’Chacun pour soi et Dieu pour tous’’. Une sortie qui, comme il fallait s’y attendre, n’a pas laissé indifférents les principaux intéressés. Le 29 juin dernier, trois de ces partis alliés de l’UFDG ont décidé de créer le Front pour l’Alternance Démocratique (FAD), une alliance électorale en vue de gagner, disent-ils, la bataille de l’alternance démocratique en Guinée. Il s’agit du RDIG de Jean Marc Telliano, de l’UFC d’Aboubacar Sylla et des NFD de Mouctar Diallo. A cela il faut ajouter le départ fracassant, il y a quelques mois, d’Aboubacar Soumah, le député uninominal de Dixinn, pour faire le constat suivant : le navire UFDG est en train de couler, avec à son bord un capitaine malchanceux, en la personne de Cellou Dalein Diallo. Lâché tour à tour par ses alliés politiques et des cadres de premier plan de son parti, le candidat malheureux aux présidentielles de 2010 et 2015 mise à nouveau sur les manifestations de rue pour tenter, désespérément, de survivre sur le terrain politique.

Ce jeudi 6 juillet 2017, à l’issue d’une plénière avec le dernier cercle de ses affidés politiques, Cellou Dalein Diallo a dévoilé le calendrier des manifestations politiques qu’ils comptent organiser à Conakry.

Mais contrairement aux précédentes marches de l’opposition, l’UFGD de Mamadou Cellou Dalein Diallo ne pourra s’appuyer que sur ses ‘’parents’’ qu’il n’hésite pas  à sacrifier  cyniquement sur l’autel des inavouables ambitions  politiques de son leader.
Espérons que les pauvres militants de l’UFDG, que l’on s’emploie inlassablement à radicaliser par des discours extrémistes, sauront faire une prise de conscience  et dire non à ceux qui les manipulent et les poussent dans la rue, alors que leurs enfants et leurs épouses se la coulent douce à Paris, Bruxelles, Londres ou New York.

A méditer !

Mohamed Sita Cissé

à voir aussi

Transports: voici les nouveaux tarifs des transports inter-urbains

Le ministère des Transports a publié les tarifs des tarifs des transports inter-urbains et ce, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*