Accueil / A la une / Assemblée Nationale: ce règlement intérieur qui divise

Assemblée Nationale: ce règlement intérieur qui divise

La proposition de règlement intérieur déposée au sein du parlement continue à alimenter la polémique entre députés. Le point relatif à la démission des députés à un parti est diversement apprécié. Le député de l’UDG Dembo Sylla a donné sa lecture des choses.

 » Le député est élu au suffrage universel direct. Son mandant c’est le Peuple. C’est un homme responsable libre qui parle au nom du peuple qui l’a élu. Aucune forme de dissuasion ou régentée du comportement du député à l’Assemblée Nationale ne devrait être fait. Personne ne peut l’empêcher d’agir conformément aux différentes compétences que la Loi lui attribue dans sa fonction. Notre constitution dit qu’il n’y a pas de mandat impératif. Ceux qui ont insérer cette disposition dans le projet du règlement intérieur, c’est du faux et usage de faux. C’est un hold-up qu’ils veulent faire. Et ce qui est regrettable, c’est que les auteurs de ces dispositions dans le projet sont des gens qui ne se lassent pas de régler des comptes de façon injuste.

Mais je leur dirai que s’ils sont un peu imprégnés du mandat du député et ses fonctions, je crois que c’est un peu gênant pour des législateurs de s’évertuer à fourrer de telles dispositions dans un article. Cette action sous-tend des récriminations personnelles notamment contre ceux qui ont quitté par exemple le RPG arc-en-ciel comme nous et d’autres députés. Mais nous sommes libres. On ne peut pas régenter le député à l’hémicycle.

Mais au-delà de tout ça, il y a d’autres points qu’ils ont insérer dans ce projet de règlement intérieur qu’ils ont substitué au projet qui a été travaillé au niveau de la commission des Lois. Nous avons le projet de la commission des Lois sous la main. Ils ont mis ce projet de côté pour concocter un autre qu’ils ont distribué aux députés. Des comportements comme ça devraient être sanctionnés par l’Assemblée Nationale quand c’est fait ailleurs, mais que ce soit des comportements qui élisent domicile dans le temple de la Loi, c’est regrettable pour notre pays.

De telles choses sont à reprocher à l’autorité de l’Assemblée nationale parce que si on nous a distribué ça, c’est parce qu’il y a l’avis favorable du Président de l’Assemblée Nationale. Il ne pourrait pas laisser de côté le travail de la commission des Loi qui est attitrée, et distribuer une copie qui sort de nulle part dans laquelle on fourre des exagérations. J’en appelle pour qu’il replie et retirer de ce projet tout ce qui est contraire à la Loi et qui porte atteinte aux droits fondamentaux des députés.

Si ce n’est pas fait, de toutes les façons, s’ils ne retirent pas ça, ce règlement intérieur ne sera pas du tout adopté. Même s’ils essaient de se faufiler encore, la Cour Constitutionnelle est là pour censurer et assurer la vigilance de tout ça. On ne peut pas dans une Loi organique violer la constitution parce que les alinéas qu’on attaque sont des violations flagrantes de la Constitution de la République de Guinée« , explique t-il.

à voir aussi

La mise en place des conseils communaux débute le 5 octobre (Ministre)

Le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, informe que la mise en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*