Accueil / A la une / Faya très amer: » je ne suis pas confortable à parler des individus »

Faya très amer: » je ne suis pas confortable à parler des individus »

Répondant aux questions des journalistes ce vendredi 3 février, le leader du Bloc Libéral dit avoir entendu et noté toutes les déclarations « calomnieuses » tenues contre lui par Ibrahima Sory Diallo et Abdoulaye Kourouma. Le moment venu, ils répondront devant le juge prévient t-il. Mais pour Faya Milimono, le coupable de cette « calomnie » est connu.

Selon lui, ces accusateurs ont cité le nom de Papa Koly Kourouma comme étant l’auteur de cette campagne de déstabilisation.

« A la plénière du FRONT qui s’est tenu au siège du RRD, c’est le président du RRD lui même qui a affirmé, que des leaders politiques, leurs ont proposé de l’argent 50 millions, pour s’attaquer à moi. Ca été dit, et c’est enregistré. Vous entendrez ça devant le juge. Si encore j’entends ces mêmes gens m’invectiver et dire tout ce qu’ils ont dit, pourquoi je vais les répondre? Mais ils sont en mission. On a aussi cherché à savoir qui est la personne qui leur a proposé de l’argent. On nous a dit que c’est Papa Koly Kourouma » dénonce Faya Milimono.

Citant le nom de Mohamed Lamine Kaba avec lequel il a eut des démêlés en justice, le président du BL prévient, que ces agissements ne resteront pas impunis. Le moment venu, ils répondront devant la justice prévient-il.

« C’est sur vos antennes qu’un certains Mohamed Lamine Kaba a dit beaucoup de choses en 2014. Parmi vous, il y a beaucoup qui m’ont posé des questions et j’ai refusé de répondre. J’ai appelé mon avocat pour qui l’a appelé à s’expliquer devant le juge au tribunal de première instance de Dixinn. Chacun a suivi les démonstrations. Il a évité d’être condamné de justesse quand il est allé demander à Sidya, d’intervenir. Je trouve que en tant qu’acteur politique, c’est trop bas. Il y a des hommes politiques qui parlent des autres hommes. Nous nous sommes en politique, pour proposer des idées, des projets. Je ne suis pas confortable à parler des individus. C’est pourquoi, tout ce que les gens ont dit, j’ai bien entendu, j’ai photocopié tout ce qui a été dit sur vos sites, j’ai également le fond sonore de tout ce qui a été dit dans les radios et les vidéos. Le moment venu, vous serez présent aussi au tribunal, quand les messieurs concernés apporteront leur preuves« .

Pour Lansana Faya Milimono, nul n’a le droit de payer qui que ce soit, pour s’attaquer à une autre personne. D’ailleurs, ces attaques n’en valaient pas la peine a t-il dit.

« Je vais vous rappeler une citation de Martin Luter King. Il a dit que « si aux Etats-Unis, il ne demandait pas aux américains de voter une loi qui oblige quelqu’un à l’aimer, il était en droit d’exiger, qu’il n y ait pas une loi, qui autorise quelqu’un à lyncher ». Et je ne crois pas qu’en République de Guinée, il y ait une loi qui autorise fût-il un leader, fût-il un président de la République, de donner de l’argent à un autre leader pour s’attaquer à quelqu’un d’autre. C’est pourquoi vous ne m’avez pas entendu et je ne crois pas que ça vaut la peine de répondre » assène Faya.

Il dit détenir des preuves accablantes contre ses détracteurs. Les jours prochains nous édifieront.

KTS pour newsdeguinee

à voir aussi

A Dinguiraye, l’épouse de Abdoulaye Bah se confie: « j’ai vécu de bons moments avec lui »

A Dinguiraye où Abdoulaye Bah a regagné sa dernière demeure auprès des siens, son épouse …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*