Accueil / Non classé / Arrestation des militants du PEDN et de l’UFDG à Kankan: François Bourouno crie à la « persécution »

Arrestation des militants du PEDN et de l’UFDG à Kankan: François Bourouno crie à la « persécution »

Le porte parole du parti de l’espoir pour le développement national a réagit à l’arrestation de deux militants de l’opposition ce mercredi 1er février. Faya François Bourouno dénonce des arrestations arbitraires.

Suite à une plainte portée par le maire de la commune urbaine de Kankan pour trouble à l’ordre public, Namaramany et chérif ont été arrêtés. On en sait un peu plus sur les circonstances de cette arrestation. En effet, la représentation de l’UFDG a organisé une parade motorisée pour accueillir Chérif qui a quitté le RPG pour l’UFDG. C’est ce que le maire de Kankan qualifie de trouble à l’ordre public. François Bourouno, le chargé de communication du PEDN dénonce une persécution contre les militants de l’opposition.

« Namaramany a milité au sein du RPG depuis 1991, c’est la même chose aussi pour l’autre qui a démissionné pour adhérer à l’UFDG. A l’époque ils animaient la ville de Kankan à travers des cérémonies. Récemment ils ont décidés de quitter pour adhérer à nos partis respectifs. Je crois que tout le crime qui a été commis c’est de quitter le RPG et de dire que ils ont quitté par ce qu’ils ont été trahis, ils ont été déçus par rapport aux engagements qui étaient à l’époque pris par le parti dans lequel ils militaient et la conduite de l’Etat aujourd’hui.

Cette décision leur coûte aujourd’hui ce que nous sommes entrain de voir. Nous pensons que c’est une violation grave des droits de l’homme par ce que ça entrave l’exercice des libertés dans notre pays.

Imaginez, c’est le dimanche même qu’ils ont déposés la convocation ce qui est illégale. Et c’est à 19h qu’ils ont déposé la plainte, une deuxième violation de la loi.

Nos militants sont autour du Monsieur, autour de sa famille. Ils l’accompagnent partout. Même maintenant, il y a un grand nombre de militant au niveau du commissariat. Nous avons envisagés des contacts auprès des personnes qui peuvent agir, qui peuvent influencer les positions des autorités pour obtenir sa libération ».

à voir aussi

Kindia: l’imam de Tafory sous le coup d’une poursuite judiciaire

Après la sortie controversée de l’imam Ratib de Kindia sur l’accord politique du 8 août …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*