Accueil / A la une / Alerte: les habitants de Kintiniah (Siguiri) expropriés par une société minière

Alerte: les habitants de Kintiniah (Siguiri) expropriés par une société minière

Les habitants de Kintiniah une localité située dans la préfecture de Siguiri sont affectés par le projet AREA ONE. Le processus de réinstallation de ces habitants boitent toujours. Le centre de commerce international pour le développement CECIDE dénonce de grave violations des droits de l’homme et du citoyens.

Au cours d’une conférence de presse conjointe animée avec l’ONG les mêmes droits pour tous et Avocat community alternative, le CECIDE fait état de grave violations des droits de l’homme à Siguiri. Selon le rapport produit par ce ONG, les habitants sont expropriés alors que les maisons où ils doivent être installés ne sont pas terminées.

« Où est ce qu’on a vu dans le monde dans un marché, l’acheteur a envoyé des militaires? Pourquoi il y a eut recensement devant les militaires? Où est ce qu’il y a alors échange volontaire? » s’interroge Aboubacar Diallo Directeur des programmes » droits des communautés riveraines des mines au CECIDE.

Maître Frédéric Foromou Loua déplore le fait que la SAG n’ait pas procéder à un échange pacifique avec les habitants de la localité.

« La transaction n’a jamais été volontaire. Hors, en l’absence d’un décret d’utilité public, on ne peut pas parler de la légalité de cette expropriation » déplore le président de l’ONG les mêmes droits pour tous.

Les populations de Kintiniah ont été contraintes de céder leurs terres. Le responsables de Avocat community alternative invite les autorités guinéennes à punir les auteurs de ces abus.

« Lorsque les forces de sécurité sont entrées à Kintiniah en novembre 2015, elles ont commis des abus qu’elles ne peuvent pas expliquer par la nécéssité militaire. Selon les principes de base, le gouvernement doit punir ces abus et es infractions pénales. Il n y a même pas eut d’enquête ici » déplore Me Jonathan Kaufman.

Sur plus de  370 ménages concernés, seulement 30 familles ont accepté les clés. Ce projet Area One est en exploitation depuis 3 mois et à ciel ouvert. Ces acteurs de la société civile, n’exclut pas de porter plainte, si les communautés ne sont pas rétablit dans leur droit conformément aux lois internationales.

à voir aussi

Abdoulaye Bah journaliste à Guineenews n’est plus

Le journaliste Abdoulaye Bah, chef de bureau adjoint de Guinéenews est décédé dans la nuit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*