dimanche 9 décembre 2018
Accueil / A la une / Justice: le procureur général contre les violeurs « même quand les parties civiles retirent leur plainte, nous poursuivrons »

Justice: le procureur général contre les violeurs « même quand les parties civiles retirent leur plainte, nous poursuivrons »

La justice guinéenne était ce mercredi 18 janvier 2017 devant la presse. Objectif, faire le point sur les affaires traitées par la justice pour l’année 2016. Le procureur de la République et l’avocat général ont aussi évoqué le dossier du 28 septembre et la promulgation de 3 lois sur la justice guinéenne.

Selon l’avocat général, les cas traités par la justice vont de l’atteinte contre la propriété, des abus de confiance, des vols, escroquerie etc. Les statistiques sont alarmantes.

« Il y a eu 5573 affaires jugés, 3437 affaires instruites, 2541détenus  parmi ces détenus, 76 mineurs, 86 femmes détenus, 39 détenus étrangers. Au titre des violences basées sur le genre, 303 cas » décline Yaya Kaïraba Kaba.

De toutes les violences, celle faites aux femmes sont de plus en plus récurrentes fait remarquer Moundjour Chérif. Il prévient que le parquet général sera ferme.

« Plus de 45% des affaires criminelles, sont des viols. Et des viol commis sur des filles, des fillettes, des bébés même de tout genre. Donc compte tenu de la recrudescence de cette infraction, il faut que le Parquet général adopte un comportement, une politique pénale face à cette acuité. Même quand les parties civiles retirent leur plainte, nous poursuivrons. La politique pénale engagée dans ce cadre là, c’est la sévérité » prévient le procureur général.

La promulgation de la loi sur l’organisation judiciaire, du code pénal et du code de procédure pénal sont des atouts majeur pour la justice soutient le procureur de la République.

« Ces lois ont apporté des correctifs de l’amélioration, de l’accélération, dans le fonctionnement de notre système judiciaire. A partir de cette loi, les justices de paix vont céder la place aux tribunaux de première instance. Aujourd’hui, tous les dossiers qui étaient en instance de jugement au niveau des chambres d’accusation, sont retournés dans les juridictions de bases » clame Moundjour Chérif » dit-il.

à voir aussi

La HAC demande aux médias de s’abstenir de relayer les déclarations des coordinations régionales

Dans une décision en date du 05 décembre, la Haute Autorité de la Communication (HAC) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*