Accueil / A la une / Alpha Condé aux enseignants: « il ne faut pas donner des notes à une fille par ce qu’elle est jolie »

Alpha Condé aux enseignants: « il ne faut pas donner des notes à une fille par ce qu’elle est jolie »

Au lancement du projet de connectivité destiné à 200 écoles guinéennes, Alpha Condé s’est exprimé sur les tars du système éducatif guinéen. Il a mis à nu ce qu’il qualifie de complaisance dans l’octroi des notes scolaire.

Parmi les tars du système éducatif guinéen, Alpha Condé s’est dit scandalisé par la manière dont les examens nationaux sont corrigés.

« Le deuxième tars de l’université guinéenne c’est le BAC. J’ai été scandalisé quand j’ai mis une commission en place pour réfléchir sur l’enseignement et de savoir qu’on peut avoir le bac avec 7 sur 20. Pourquoi, on prend vos notes en contrôle continue vous avez 13. Les contrôle continue très souvent on sais ce que sais. Moi je veux faire la cour à une fille qui est jolie, je lui donne des bonnes notes. Il est inadmissible que quelqu’un qui a 7 ou 8 ait le BAC ou le brevet. C’est inadmissible, ça aussi nous allons changer » dénonce Alpha Condé.

Le chef de l’Etat a aussi dénoncé la fraude qui entoure l’octroi des notes scolaires dans les écoles.

« Quand on veut être riche, on ne devient pas enseignants ou médecin. Faut pas que les enseignants soient des commerçants qui passent le temps à demander de l’argent aux parents pour donner des notes aux enfants. Les enseignants guinéens ont beaucoup de tars. Il faut cesser de donner des notes par complaisance. Il faut cesser de donner des notes à une fille par ce qu’elle est jolie ».

Aux enseignants de la fonction publique qui donnent des cours dans les écoles privées, Alpha Condé prévient qu’il y aura des sanctions sévères.

« Les enseignants qui ont prêté serment qu’ils n’enseigneront qu’à l’école publique, donc ils ne peuvent pas enseigner dans une école privée. J’ai dit aux syndicats dans ce cas, veuillez prendre vos responsabilités, un enseignant qui fait ça, doit être sanctionné » dit-il.

Aux universités privées, il assène: « nous avons un projet de créer 4 grandes universités dans les 4 régions. Si les universités privées veulent faire des grèves, ils n’ont qu’à faire des grèves. S’ils veulent descendre dans la rue, ça ne me fait ni chaud ni froid. on ne doit plus gaspiller l’argent de l’Etat en finançant des universités qui nous trompent, c’est pourquoi il y a le contrôle biométrique. Quand ils ont 100 étudiants, ils nous disent qu’ils ont 300 donc on gaspille en payant pour 200 étudiants qui n’existent pas et cela va dans les poches des gens » clame le président guinéen.

Kadija Téliko SOW pour newsdeguinee.com

à voir aussi

Congrès du SLECG version Sy Savané: Louis M’bemba Soumah lance des piques

Les travaux du 6ème congrès national du SLECG version Souleymane Sy Savané ont été lancés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*