Accueil / A la une / « Une légalité sans légitimité ne peut produire que des dégâts » clame Deen Touré

« Une légalité sans légitimité ne peut produire que des dégâts » clame Deen Touré

Les députés du groupe parlementaire Alliance des Républicains étaient devant la presse ce mercredi 11 janvier. Ils ont réitéré leur position par rapport à l’amendement du code électoral.

Pour le président du groupe parlementaire Alliance des Républicains, il n’est pas question de cautionner une telle violation de la Constitution guinéenne.

« Nous savons tous, qu’une légalité sans légitimité, ne peut produire que des dégâts. Notre groupe parlementaire dans le but de pratiquer un développement endogène, est farouchement opposé à cette recommandation du cadre de dialogue. Tout cela pour signifier au peuple et aux représentants du peuple et au peuple lui même, qu’une franche non négligeable des députés de l’Assemblée Nationale continue à se battre, pour la préservation des acquis des citoyens, qui nous ont élu pour les représenter et non pour les remplacer ».

Pour Ibrahima Deen Touré, des partis politiques veulent s’arroger le contrôle des chefs de quartiers et de districts pour des fins politiques.

« Il est devenu évident que certains partis politiques, cherchent à nommer et à contrôler les chefs de quartiers et de districts, pour des fins électorales ».

Par ailleurs, les députés du groupe parlementaire Alliance des Républicains, prennent acte du retrait de la proposition de la mouvance.

« Concerne le retrait par la mouvance présidentielle, de leur proposition de substitution, du scrutin proportionnel des élections communales par un scrutin mixte, notre groupe parlementaire prend acte de cette déclaration. Et considère que ce retrait, contribue au recentrage du débat parlementaire, sur le fameux point 2 de l’accord politique ».

Contrairement aux argument avancés par l’opposition, par rapport au retrait du code électoral à l’Assemblée Nationale, Deen Touré déclare, que le code ne pouvait tout simplement pas prospérer.

« Nous faisons remarquer en plus, que la non présentation du code électoral du 4 janvier 2017 au débat en plénière, ne dépendait pas de la proposition relative à la proportionnelle du groupe parlementaire de la majorité présidentielle. Ca ne pouvait tout simplement pas prospérer ce jour au regard de la pertinence des réserves préjudicielles, de la motion de procédure et des différentes pétitions des organisations de la société civile ».

Une session extra ordinaire est prévue dans la deuxième quinzaine du mois de février. L’alliance Républicaine de l’UFR promet de tout faire pour empêcher les amendements du code électoral.

« Si nous laissons passer ces amendements, nous allons assister à la destruction des rapports sociaux dans nos localités et il s’en suivra la faillite de la nation » a conclut Ibrahima Deen Touré.

Kadiatou Téliko SOW pour newsdeguinee.com

à voir aussi

Présidentielle au Mali : Soumaïla Cissé rejette la victoire d’IBK

Crédité de 32,83% face à Ibrahim Boubacar Keïta, déclaré vainqueur avec 67,17% des suffrages, Soumaïla …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*