mercredi 26 septembre 2018
Accueil / A la une / L’opposition va nommer ses élus locaux: « en vertu de quelle loi? » interroge Sidiki Touré

L’opposition va nommer ses élus locaux: « en vertu de quelle loi? » interroge Sidiki Touré

Le chargé de communication du parti RPG arc en ciel a réagit ce vendredi 6 janvier, à la déclaration de l’opposition, qui veut nommer les maires, ses chefs de quartiers et de district. Sidiki Touré dit que l’opposition veut démontrer une nouvelle fois son manque de culture politique.

Sidiki Touré se demande comment une opposition va procéder à la nomination des élus locaux. En vertu de quelle loi s’interroge t-il.

« C’est la preuve que nous avons à faire à une opposition je m’excuse du terme, analphabète et pas du tout démocrate. En vertu de quelle loi, une opposition va se permettre de nommer, je dis bien de nommer les chefs de quartiers? Contrairement à la Constitution et contrairement à tout ce que la loi peut leur permettre dans leur prérogative en tant que opposant. D’autant plus qu’ils n’ont aucun pouvoir de nomination à aucun poste. L’opposition est entrain de démontrer encore une fois, non seulement sa faiblesse, mais aussi son manque d’intelligence et surtout son manque de culture politique« .

Pour protester contre le retrait du code électoral, l’opposition a suspendu sa participation au comité de suivi de l’accord politique. Sidiki Touré condamne cette décision.

« La mise en œuvre de l’accord politique dépend à la fois de cette opposition, de la mouvance et aussi des observateurs de la société civile impliqués dans ce dialogue. C’est une irresponsabilité. Nous nous n’avons rien à dire dans cela. Elle est libre de prendre cette décision. Ce que nous nous disons, c’est que nous condamnons cette décision. Nous demandons à l’opposition de revenir à la raison en acceptant de se mettre à table puisse que les questions ont été soulevées et il appartenait à l’Assemblée Nationale de se déterminer par rapport au point 2 de l’accord politique.  L’opposition est représentée à l’hémicycle, donc si ils refusent de se soumettre à la volonté du peuple à travers les élus du peuple, je penses que c’est une irresponsabilité » dit-il.

Pour ce qui est de la menace de reprendre les manifestations politique, il ajoute: « nous n’avons rien à dire par rapport à ça. Le peuple les jugera » conclut Sidiki Touré.

Laïla Bah pour newsdeguinee.com

à voir aussi

Beyla: le juge brandit la menace d’un mandat d’amener contre le préfet

Pour la énième fois consécutive, le préfet de Beyla a brillé par son absence, lors …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*