dimanche 18 février 2018
Accueil / A la une / Sit-in des enseignants contractuels au ministère de la fonction publique: « nous avons été trahis » clament-ils

Sit-in des enseignants contractuels au ministère de la fonction publique: « nous avons été trahis » clament-ils

Les enseignants contractuels ont pris d’assaut ce mardi 3 janvier l’enceinte du département de la Fonction Publique. Ils réclament leur intégrations à la fonction publique. Faute de quoi, ils vont boycotter les cours dans ces établissements scolaires publiques.

« A bas la corruption », « vive les enseignants contractuels » scandaient ce mardi ces manifestants. Ils sont au total 1350 enseignants contractuels à participer au concours de recrutement de la fonction publique. Près de 30 enseignants seulement ont été recrutés. Une indignation de ces enseignants.

« Aujourd’hui, l’ensemble des enseignants contractuels aujourd’hui, sur 1350, après le résultat de ce concours, nous n’avons pas atteint 50 admis sur toute l’étendue du territoire national et toute option confondue. Nous avons essayé de rentrer en contact avec notre département de tutel, le ministère de l’éducation pour avoir des informations claires sur notre situation, il n’ont pas accepté de nous donner des informations. Donc ce matin nous avons demandé aux représentants de la commission à l’intérieur du pays, de se mobiliser dans les DPE. Et à Conakry de se mobiliser au ministère de la fonction publique » déclare Fodé Abass Camara porte parole des enseignants contractuels de Guinée.

 Ces enseignants crient à la trahison. Selon eux, les promesses dites par les responsables n’ont pas été tenu. Mais ces manifestants ne comptent pas lâcher du leste.

« Nous demandons tout simplement notre intégration à la fonction publique. Qu’ils acceptent de nous rétablir dans nos droits. On ne peut pas servir pendant 6 ans, passer 2 concours et aujourd’hui nous abandonner. Il n’en est pas question. Nous allons tous rentrer à la fonction publique, ou alors nous abandonnons la craie et tous ceux qui sont en situation de classe personne n’ira prendre la craie de Conakry à Yomou » dit Abass Camara.

Et d’ajouter: « Si nous n’avons pas de niveau, comment le ministère de l’éducation va accepter pendant 6 ans,  de sacrifier l’avenir de la nation. Nous avons formé pendant 6 ans, aujourd’hui si nous nous sommes médiocre, nous ne méritons pas, nous n’avons pas le niveau, je pense alors que pendant ces 6 années, tous ces élèves ont été sacrifiés » clame t-il.

 Ces enseignants disent avoir constatés de nombreuses incohérences dans les résultats de ce concours.

« Nous avons constaté des anomalies. Il y a aujourd’hui des admis sur le PV mais ça ne correspond pas aux noms. On a ces preuves. Aussi au niveau de l’enseignement élémentaire, il y a des PV mais pas de noms » fait-il remarquer.

 Les manifestants ont été chassés du ministère de la fonction publique, par des policiers.

le mouvement de protestation est observée sur toute l’étendue du territoire guinéen. Ces manifestants comptent aller jusqu’au bout de leur revendication.

 

Laïla Bah

à voir aussi

Tout sur les élections communales: Dansa Kourouma se livre

Le président du Conseil National des Organisations de la Société Civile (CNOSC), le Dr Dansa …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*