Accueil / A la une / Code électoral: Amadou Damaro accusé de vouloir modifier les termes de l’accord politique

Code électoral: Amadou Damaro accusé de vouloir modifier les termes de l’accord politique

L’accord politique du 12 octobre continue à faire couler encre et salive. Amadou Damaro est accusé de vouloir modifier les règles du jeux à la dernière minute. Selon des informations, il souhaiterais que la liste gagnante s’accapare de la moitié des sièges. Faux rétorque ce dernier. Il soutient qu’il n’a jamais été question de changer les termes de l’accord politique.

Le président du groupe parlementaire RPG arc en ciel ne comprend pas pourquoi on l’accuse de bloquer l’accord politique alors que ce dernier émane de son parti.
« Non ce n’est pas exact. Les termes de l’accord disent que le président du conseil de quartier ou de district soit désigné par le parti venu en tête lors des élections communales dans le dit quartier ou district. Sur cela nous n’avons absolument aucun problème. Faut-il vous rappeler que cette proposition est de nous, la mouvance et nous la défendons. Par contre il y a la société civile et des partis extra parlementaires qui sont contre. Mais nous avons approuvé » dit-il.

Il explique que c’est au contraire le mode de scrutin pour l’élections des maires qui divise.

« Maintenant nous sommes entrain de discuter sur le mode de scrutin au niveau de la commune même. Historiquement, nous avons essayé la proportionnelle dans les communes, ça n’a pas marché. On est revenu sur la liste majoritaire, ça créé aussi des problèmes. C’est un débat de fond. Il y a des avantages à la proportionnelle qui est la représentativité, il y a des avantages à la liste majoritaire qui est la stabilité. Nous avons plutôt proposé à ce qu’il y ait un scrutin combiné. Qu’on ait non seulement la stabilité, mais qu’on ait la représentativité de tous les partis qui participent aux élections au niveau des communes. Ce qui n’a rien à voir avec les quartiers » clame Amadou Damaro Camara.

Le parti UFR avait émis une motion dans laquelle des propositions intéressantes ont été faite dit Damaro. Mais l’opposition a rejeté mordicus.

« Il y a des propositions intéressantes. Il y a par exemple l’UFR qui propose, à ce que les conseil de quartier et de district soient constitués au prorata des résultats des élections communales. C’est une proposition qui nous a paru intéressante mais que l’UFDG n’a pas accepté. Au risque de ne pas être considéré comme celui qui sabote les accords, nous avons acceptés, nous avons maintenu ce qui avait été discuté au dialogue même si cette autre proposition nous paraît plus démocratique » fait-il remarquer.

Il craint cependant que ce code ne soit pas voté par les deux tiers des députés. Le vote du code électoral est prévu ce mercredi 4 janvier 2017 à l’hémicycle.

à voir aussi

Assassinat de Aïssatou Boiro: le gouverneur de Kankan connait-il la vérité?

Le procès sur l’assassinat de dame Aïssatou Boiro se poursuit devant le tribunal criminel de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*