Accueil / A la une / Examen du code électoral à l’Assemblée: les députés de la mouvance et de l’opposition sont à couteau tiré

Examen du code électoral à l’Assemblée: les députés de la mouvance et de l’opposition sont à couteau tiré

Les députés à l’Assemblée Nationale ne s’entendent pas sur l’amendement du code électoral. Surtout en ce qui concerne les points d’entente contenu dans l’accord du 12 octobre. Pour le député uninominal de Dinguiraye, il n y a pas de doute, Alpha Condé est à la base de ce blocage.

Fodé Bocar Maréga soutient que le président de la République a toujours fait preuve de mauvaise foi quand il s’agit de la situation politique.

« C’est une volonté de Alpha Condé de ne pas appliquer ce dialogue. Nous avons essayé au maximum de lui faire confiance et de savoir si cette fois-ci il était de bonne foi. Mais on s’est aperçu qu’il n’était pas de bonne foi ».

Il dit qu’il n’est plus question pour l’opposition de faire confiance à Alpha Condé. L’UFDG tirera les leçons qui s’imposent clame t-il.

« Nous allons en tirer les conséquences et nous réunir pour savoir quel comportement adopter pour ça. Nous à l’UFDG on en a marre. On va se retirer de tous, et on va demander à nos bases de se prononcer s’il faut aller vers le clash et on ira vers le clash. Nous on aura jamais plus confiance au professeur Alpha Condé. Jamais plus. Il saura tirer les conséquences de cela » dit ce député.

Fodé Oussou Fofana le vice président de l’UFDG déclare que Alpha Condé peut ne pas respecter ses engagements. Rien à cirer assène t-il.

« Si certains du RPG arc en ciel, au niveau de l’Assemblée Nationale, décident de mettre en cause l’accord, mais c’est l’accord proposé par leur gouvernement. Nous n’avons rien à cirer, nous n’avons rien à voir dans ça ».

Une autre lecture de cette divergence, Bangaly Kourouma vice président de la commission des lois soutient que le dialogue ne peut pas primer sur la constitution.

« Le dialogue n’a pas de poids par rapport à la Constitution. Même si le dialogue prévoit quelque chose, si c’est contraire à la Constitution, vous voyez ce que ça fait » fait-il remarquer.

à voir aussi

Congrès du SLECG version Sy Savané: Louis M’bemba Soumah lance des piques

Les travaux du 6ème congrès national du SLECG version Souleymane Sy Savané ont été lancés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*