Accueil / A la une / Simandougate – BSGR de Beny Steinmetz menace de poursuivre Rio Tinto

Simandougate – BSGR de Beny Steinmetz menace de poursuivre Rio Tinto

Alors que la Guinée garde le profil bas face à l’admission extraordinaire de Rio Tinto d’avoir en fait corrompu François de Combret, un «ami» du président Condé pour obtenir l’accord transactionnel de 700 millions,  BSGR, la compagnie du milliardaire Beny Steinmetz passe à l’offensive.

Dans une lettre préalable adressée à Rio Tinto, Miscon de la Reya, l’avocat de BSGR demande “des explications” sur le paiement de 10.5 millions à François de Combret un ami du président Condé.

En plus de ca, BSGR enfonce le clou en accusant Rio d’avoir orchestré une « campagne de salissage par voie de presse » dans l’objectif de pousser le gouvernement guinéen de retirer les blocs de Simandou qui lui furent accordé après le retrait de la concession à Rio des blocs 1 et 2 sous le régime militaire en juillet 2008.
Finalement BSGR accuse Rio d’avoir engagé DLA / Veracity, des entreprises de detectives privés pour induire le gouvernement guinéen que BSGR serait une entreprise engagée dans la corruption sur la base de faux renseignements.
Cette lettre est un préambule dans le monde judiciaire et est le premier pas pour lancer des poursuites contre Rio Tinto devant un Tribunal de Londres.

Bien entendu Rio dément tout et promet de se « défendre vigoureusement » devant les tribunaux si BSGR met sa menace de poursuite en exécution.

BSGR estime les pertes subies dans les « milliards de dollars » et menace de demander réparation si elle n’obtient pas réponse satisfaisante avant le 3 janvier 2017.

La Guinée et BSGR sont devant un Tribunal d’arbitrage de la Banque Mondiale. La compagnie du franco-israélien accuse la Guinée de l’avoir illégalement exproprié en 2014 la concession de Simandou et Zogota suite au rapport de la Commission de Révision des Contrats Miniers qui a conclu que le concession a été teintée de corruption.

Quant au gouvernement de Guinée, il est toujours muet alors que selon plusieurs spécialistes, c’est la Guinée qui est la grande perdante dans ce dossier.

« Puisque il est avéré par l’admission de Rio Tinto qu’il y a eu corruption de François de Combret lors des négociations de l’accord de 700 millions de dollars en 2011, le moins que les autorités guinéennes doivent faire c’est de demander au millionnaire français de rembourser cette somme aux guinéens » fulmine un spécialiste de la bonne gouvernance indigné qu’un pays pauvre se fasse « voler des sommes faramineuses » sans que ça ne semble émouvoir personne en Guinée.

A cela rétorquent d’autres cyniques : « François de Combret a été clair dans sa réaction. Le président Condé et son fils étaient bien au courant de toutes les transactions !» Ce qui au dire de cet observateur, est que la Guinée a les mains liés si les 10,5 millions de dollars ont été partagés.

En attendant les avocats se frottent les mains et les Guinéens perdent les emplois …

GUINEENEWS

à voir aussi

Congrès du SLECG version Sy Savané: Louis M’bemba Soumah lance des piques

Les travaux du 6ème congrès national du SLECG version Souleymane Sy Savané ont été lancés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*