Accueil / A la une / Assemblée Nationale: des députés demandent la fermeture du journal quotidien national Horoya

Assemblée Nationale: des députés demandent la fermeture du journal quotidien national Horoya

Selon des députés de l’opposition, le quotidien national Horoya est un journal budgétivore dont on ne voit pas l’utilité clament t-ils.

Ils l’ont dit ce dimanche 4 décembre lors du passage du ministre de la communication.

Ces députés

« Dans les équipements de Horoya mobilisés en 2016, il y a 13 millions GNF. Vous avez programmé 17 millions en 2017. Equipements informatiques en 2016, il y a 29 millions, vous avez programmé encore 33 millions en 2017. Autres matériels pour Horoya en 2016,  il y a 23 millions alloués, pour 2017 vous avez programmé 35 millions. Qu’est-ce que Horoya produit? » s’interroge le député Kalémodou Yansané.

De toute façon dit-il, ce journal n’est même pas lu par les députés. Il demande donc sa fermeture pure et simple.

« Franchement, je souhaiterais qu’on supprime carrément le journal Horoya. Je ne sais pas s’il y a un député qui lit Horoya » dit-il.

D’autres par contre proposent que le journal vivent de ses propres ressources à l’image des autres journaux guinéens.

« le journal Horoya étant un journal national…, tous les établissements qui font des publicités à longueur de la journée dans la presse écrite privée peut quand même contribuer à aider Horoya à se relever. Ensuite, les actes que l’Etat prend se retrouvent dans la presse privée. Pourquoi ne pas faire en sorte que cela soit dans le journal Horoya pour que les gens soient incités à acheter le journal ? » propose Saikou Yaya Barry.

Le budget du département de la communication a été revu à la hausse pour l’année 2017. De 27 milliards 261 millions 77 mille GNF 2016, il se chiffre à à 34 milliards 271 millions 403 mille GNF en 2017.

KTS

à voir aussi

Assassinat de Aïssatou Boiro: le gouverneur de Kankan connait-il la vérité?

Le procès sur l’assassinat de dame Aïssatou Boiro se poursuit devant le tribunal criminel de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*