Accueil / A la une / Le nouveau président élu de l’association des magistrats Mohamed Ali Thiam décline ses priorités

Le nouveau président élu de l’association des magistrats Mohamed Ali Thiam décline ses priorités

A l’issue d’une élection le  novembre, Mohamed Ali Thiam a été élu président de l’association des magistrats de Guinée. Sur 180 magistrats électeurs, il a obtenu 111 voix pour un mandat de 2ans. L’élection a eu lieu à la Cour d’appel de Conakry. Le président nouvellement élu de l’association des magistrats de Guinée a décliné ses priorités.

« Le premier objectif est d’amener les magistrat à la cohésion au sein de leur corps. C’est à dire que toutes les petites frustrations qui ont existé jusqu’aujourd’hui, qu’elles disparaissent. Deuxièmement, que nous arrivions à nous approprier le nouveau statut qui nous a été donné. Troisièmement, œuvrer à ce que nous construisions en chacun de nous et des générations qui nous suivent, un juge nouveau, conscient de ses relations avec le justiciable, conscient du fait sa mission est de servir le justiciable, servir le citoyen. Cela ne se peut que si il respecte les règles d’impartialité, d’intégrité qui sont la condition de son indépendance. Mais il ne le peut que si il se trouve dans un environnement intellectuel susceptible de l’amener à se remettre en cause, de l’amener à concevoir lui même, les méthodes par lesquelles, il peut toujours s’améliorer, perfectionner professionnellement les taches qui sont les siennes au quotidien » dit-il.

Il s’engage aussi à concevoir un code d’éthique et de déontologie pour promouvoir la justice pour tous.

« Nous allons au sein du corps construire un dialogue dont l’élément principal est notre remise en cause. Une remise en cause au plan de la formation, une remise en cause au plan de l’éthique et de la déontologie. La première chose sur laquelle nous allons travailler, c’est la conception d’un code d’éthique et de déontologie de la magistrature que nous n’avons pas au depuis que la magistrature guinéenne existe. Alors que on enseigne bien l’éthique et la déontologie mais il n y a pas un code qui soit le support du conseil supérieur de la magistrature. Dans le statut comme dans les pouvoir reconnu au conseil supérieur de la magistrature, il y a des éléments de discipline qui sont vagues, qui sont imprécis qu’il faut maintenant détailler. Et que ce code de déontologie soit à caractère pédagogique pas seulement normatif » promet Mohamed Ali Thiam.

Attendons de voir.

à voir aussi

Kindia: l’imam de Tafory sous le coup d’une poursuite judiciaire

Après la sortie controversée de l’imam Ratib de Kindia sur l’accord politique du 8 août …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*