Accueil / A la une / Insécurité: des hommes armés en « mission commandée » attaque le préfet de Coyah

Insécurité: des hommes armés en « mission commandée » attaque le préfet de Coyah

Dans la nuit de mercredi à jeudi, des hommes armés ont attaqué le domicile du préfet de Coyah. Ibrahima Barbosa Soumah a été dépouillé de ses biens avant d’être molesté par les assaillants.

Selon les témoignage recueillis, c’est aux environs de 2h du matin alors qu’il menaçait de pleuvoir, que ces hommes armés ont fait irruption dans le domicile du préfet.

« Un grand vent soufflait dehors, les assaillants sont arrivés. Ils étaient environ une vingtaine. Un groupe a escaladé la clôture. Un autre groupe est passé par la porte. Donc ceux qui sont venus par la porte ont pu mettre main sur le gardien. Ils l’ont attaché et les autres sont rentrés dans la cour. Dans la cour il y a 3 bâtiments. Ils ont encerclé le bâtiment principal, ils ont enfoncé la porte du salon, puis ils ont enfoncés la porte de sa chambre » relate Tamsir Soumah le fils du préfet.

Selon Tamsir Soumah, certains parmi ces hommes étaient en tenue militaire et d’autres en civile. Ils étaient munis d’armes de guerre notamment des AK44 et des couteaux.

« Donc ils ont pointé une arme sur lui et il lui ont dit qu’ils étaient en mission et la mission c’est de l’éliminer. Il leur a demandé de ne pas l’éliminer. Ils lui ont demandé de l’argent, il  leur a répondu qu’il est prêt à tout donner. Il a fait sortir tous ce qu’il avait comme argent, objets de valeur. Ils se sont emparé de tout cela et puis ils ont commencé à le torturer » ajoute Tamsir Soumah.

Qui en veut donc au préfet de Coyah? Difficile de répondre à cette question puisse que ses proches ne lui connaissent aucun ennemi.

« Il n’avait aucun antécédent avec qui que se soit. Puisse que il faut noter que ce n’est pas sa première préfecture. Il a fait beaucoup de préfecture, je ne me rappelle pas une seule fois, où il a été victime d’une situation pareille. Donc cette situation, nous tombe sur la tête et on se demande qui lui en veux?  Et qui peux celer cette histoire? » s’interroge le fils du préfet.

Les hommes armés sévissent tous les jours en toute impunité. Désormais, les symboles de l’Etat ne sont pas en reste.

à voir aussi

Congrès du SLECG version Sy Savané: Louis M’bemba Soumah lance des piques

Les travaux du 6ème congrès national du SLECG version Souleymane Sy Savané ont été lancés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*