Accueil / Non classé / Agression portugaise du 22 novembre 1970: le récit avec Mohamed Touré

Agression portugaise du 22 novembre 1970: le récit avec Mohamed Touré

Le 22 novembre 1970, des assaillants portugais armés ont débarqué nuitamment sur les côtes guinéennes, pour dit-on déstabiliser le régime de Ahmed Sékou Touré . 46 ans après cette incursion, les souvenirs sont encore vifs dans les mémoires des guinéens. A l’occasion de cette date commémorative, le fils du premier président guinéen est revenu sur ce jour historique. Lisez…

« Le 22 novembre 1970, le matin entre 2h et 3h, effectivement des bateaux battant pavillon portugais sont venus de Guinée-Bissau qui était encore sous domination coloniale. Dans ces bateaux, il y avait à peut près 500 hommes de troupe portugais, mais aussi de mercenaires guinéens et africains. Ces personnes armées ont débarqué des bateaux, par de navettes qui les ont transbordé sur les côtes. Donc en fonction d’une opération militaire précise, avec des objectifs précis, avec l’aide de complices locaux qui les attendaient sur terre ferme.  Donc ils ont commencé leur opération. L’opération avait plusieurs objectifs. L’objectif global était l’arrêt de la tendance que l’Afrique avait à se libérer. Cette tendance dont la Guinée a été le précurseur, dont la Guinée a été le porte flambeau était quelque chose qu’il fallait stopper, qu’il fallait arrêter.

Il est vrai que dans cet élan pour libérer l’Afrique, la Guinée s’est engagé sur tous les fronts. Le front le plus immédiat, s’était la Guinée Bissau qui était encore sous domination coloniale et qui n’a été indépendant qu’en 1975. Il a fallut une lutte armée pour libérer la Guinée Bissau.  Dans cette lutte armée, il y a eut confrontation au niveau des frontières. L’armée guinéenne en soutient au combattant du PAIGC faisait des incursions à l’intérieur du territoire de Guinée Bissau. Dans ces échanges, il y a eu capture de prisonniers. C’est vrai que parmi ces prisonniers de l’armée coloniale portugaise, il y avait un par son ascendance, une particularité. Il était le fils d’un des leaders du régime portugais à l’époque.

L’un des objectifs pour ces portugais était de libérer les prisonniers de guerre.

Le président Ahmed Sékou Touré a dit, de façon magistrale, que le peuple de Guinée avait défendu sa révolution et que Dieu l’avait sauvé.  C’est une réalité, par ce que il y a eu une conjonction de faits, qui ont amené à la limite quelques fois miraculeuse, la débâcle des forces d’agression.  Il y avait une information faisant état d’une attaque imminente. On ne savais pas exactement comment mais on savais qu’il y avait une attaque imminente. L’effet de surprise a été celui qu’il a été. C’est le peuple de Guinée tout entier qui s’est levé et qui a défendu sa patrie.

Le président Sékou Touré à 9h ce matin du dimanche 22 novembre 1970, a appelé la nation guinéenne à se mobiliser et à bouter hors du territoire, tous ceux qui avaient des velléités de domination. Après lui, il y a eu Hadja Mafory qui a lancé un appel sur les antennes de la voix de la révolution. Cet appel a été tellement bien entendu par les habitants de Kaloum, de Conakry, surtout par les femmes, que quelques heures après, c’est les femmes qui sortaient les mercenaires de leur abri. C’est comme ça que la défense de la nation a été faite. Ca été une défense populaire » explique Mohamed TOURE secrétaire général du parti PDG-RDA.

à voir aussi

Congrès du SLECG version Sy Savané: Louis M’bemba Soumah lance des piques

Les travaux du 6ème congrès national du SLECG version Souleymane Sy Savané ont été lancés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*