Accueil / A la une / Aboubacar Sylla aux frondeurs: « on ne me verra plus autour d’une table avec ces personnes. Par ce que j’ai ma dignité »

Aboubacar Sylla aux frondeurs: « on ne me verra plus autour d’une table avec ces personnes. Par ce que j’ai ma dignité »

Depuis la signature de l’accord politique du 12 octobre, le porte parole de l’opposition est devenu la cible de critiques. onlui repproce d’avoir cautionné une violation de la constitution.

Plusieurs leaders de partis dont Faya Milimono l’accuse de traitrise. Aboubacar Sylla dit qu’il on franchi le Rubicon. Il déclare ne plus pouvoir travailler avec ces personnes.

« Lorsqu’on est aussi divergeant sur des questions fondamentales, on remet en cause vos convictions politiques, votre engagement politique et on dit que vous avez trahi l’opposition, vous avez trahi le peuple de Guinée, y a même Faya Milimono qui a parlé d’assaut contre les citoyens guinéens organisé de la part de certains partis de l’opposition guinéenne. Un a été d’ailleurs plus loin,  pour parler de clan mafieux au niveau de l’opposition. Je l’ai vu écrit dans un journal. Qu’est ce que moi j’ai à faire avec des personnes comme ça?  A partir du moment où on est aussi divergent, à partir du moment où j’ai été injurié comme ça, je ne peux plus m’assoir à la même table que ces personnes.  On ne peut pas m’insulter sur la place publique et que je vienne tranquillement m’asseoir avec ces personne comme si de rien n’était. Et je ne suis pas le seul dans cette position. C’est la position de Téliano également; c’est la position de Bayo et d’autres. Moi à la place de ces frondeurs je partirais de l’opposition Républicaine » explique Aboubacar Sylla très remonté.

Aujourd’hui, on l’accuse de vouloir déstabiliser l’opposition, en faisant pression sur Cellou Dalein, afin que les frondeurs soient excluent de l’opposition Républicaine.

« Ce que j’ai dit, c’est que après m’être fait injurier, calomnier par ceux que vous appelez frondeurs sur le place publique, moi personnellement, on ne me verra plus assis autour d’une table avec ces personnes. Par ce que j’ai ma dignité. Qui vous a dit qu’il ne veux pas les perdre? Lui même il n’était pas d’accord sur leur façon d’agir. Il a trouvé que s’était outrancier. Il ont été trop trop loin » fait-il remarquer.

Les divergenaces au sein d’une entité sont certes admises dit le député. Mais quand le fossé qui les divise est assez profond, il y a lieu de se séparer.

« C’est normal que dans une entité il y ait des divergences. Vous ne dialoguez que lorsque vous êtes unis par quelque chose de commun. Si sur des questions fondamentales vous divergez et surtout lorsqu’il y a autant d’animosité, par ce que c’est plus que de l’adversité qu’ils ont témoigné à notre endroit, vous n’avez plus rien à faire ensemble. Si non vos réunions ne seront jamais productives. Vous passerez trop de temps à vous injurier et vous allez donner une image d’une opposition déchirée comme c’est le cas aujourd’hui » clame Aboubacar Sylla.

à voir aussi

A Dinguiraye, l’épouse de Abdoulaye Bah se confie: « j’ai vécu de bons moments avec lui »

A Dinguiraye où Abdoulaye Bah a regagné sa dernière demeure auprès des siens, son épouse …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*