Accueil / A la une / Dubréka: des habitants de Kindiady fuient leur domicile, les forces de l’ordre accusés de pillage

Dubréka: des habitants de Kindiady fuient leur domicile, les forces de l’ordre accusés de pillage

Après les violences survenues dans la sous préfecture de Kindiady dans la préfecture de Dubréka, les opposants au chef de quartier nommé Amara Sylla dit Pagal  vivent dans la terreur. Plusieurs habitants ont fuit leur domicile d’autres sont détenus à la gendarmerie de Dubréka. Les habitants accusent les forces de maintient d’ordre de pillage.

Les rues de Kindiady porte encore les marque des violents affrontements survenus dimanche entre partisans du chef de quartier Amara Sylla et ceux qui exigent son départ.

Seul les agents de la police et de la gendarmerie déployé sur les lieux et les proches du chef de quartier sont autorisés à circuler librement.

Plusieurs maison ont été saccagées d’autres pillées et des véhicules caillasses. Le frère ainé de Kandara Sylla est détenu à la gendarmerie.

« On a retrouvé le passeport de ma nièce avec les gendarmes. On avait des matelas, des marmites et plus de 30 chaises qu’on a même pas fini de remboursés qu’il ont tout pris » dit-il.

Des témoins rapportent que des jeunes appuyé par des agents de la police CMIS ont battu un imam du quartier. La victime rapporte qu’ils l’on aussi pris la somme de 10 000 dollars.

« C’est Amara Sylla qui a indiqué le domicile aux policiers. Ces gens sont venus casser la porte de la maison et ils ont tout pris. A mon tour, il m’ont pris la somme de 10 00 dollars, 1 millions 400 milles GNF. Ils sont venus par ce qu’ils savent que je reviens de l’Angola » dit-il.

Un des partisans du chef de quartier dénonce des attaques contre les symboles de l’Etat. Notamment la destruction du bureau du quartier et des drapeaux brûlés.

« Tout le monde est derrière Pagal puisse que c’est lui qui est capable de faire quelque chose pour nous à Kindiady. Son père nous a donné ici des parcelles cadeau. Il faut forcément Pagal » dit ce partisan de Amara Sylla.

Pour l’heure, un calme précaire règne dans le quartier.

à voir aussi

Marche étouffée:  » nous avons démontré la vrai nature de ce pouvoir » dit Mansaré

Dispersés à coup de gaz lacrymogène ce vendredi 17 août à Kaloum, les syndicalistes guinéens …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*