Accueil / A la une / « Ce n’est pas la dictature de la majorité, c’est la dictature de la loi » dit Aboubacar Sylla à ceux qui veulent bloquer l’accord politique à l’Assemblée

« Ce n’est pas la dictature de la majorité, c’est la dictature de la loi » dit Aboubacar Sylla à ceux qui veulent bloquer l’accord politique à l’Assemblée

Depuis la signature de l’accord politique, des représentants des partis politiques menacent de barrer la route à toute modification du code électoral à l’Assemblée Nationale.  Le porte parole de l’opposition a réagit à cette actualité ce lundi 7 novembre.

Aboubacar Sylla rétorque que ces intéressés se mettent le doigt dans l’œil.

« Le débat va être au niveau de l’Assemblée nationale et se sont les parties prenantes au dialogue qui se retrouvent à l’Assemblée Nationale. On a besoin évidemment puisse qu’il s’agit d’une loi organique on a besoin de 2 tiers des députés c’est à dire 76 députés. Les deux groupes parlementaires RPG arc en ciel et libéral démocrates, font déjà 90 députés sans parler de leur alliés respectifs. Donc je pense que ce qui se passe pour que ces dispositions ne soient pas entérinées par l’Assemblée Nationale, je ne dirais pas qu’ils prêchent dans le désert, mais ils mènent un combat d’arrière garde » dit-il.

Aboubacar Sylla dit ne pas comprendre l’acharnement de certains leaders politiques, contre ce point de l’accord.

« La Guinée est un pays de paradoxe. Maintenant que nous avons décidez d’adopter ce code électoral par une Assemblée Nationale légitime qui va débattre, certaines personnes ont l’air de s’en offusquer. Je vais même plus loin, depuis plus de 25 ans, un quart de siècle, il n y a pas d’élection des chef de quartier. Les chefs de quartiers et de districts sont nommés par l’exécutif. Ca ne semblait déranger personne. En tout cas tous ceux qui crient maintenant sur tous les toits mais ils étaient silencieux, ils s’en accommodaient parfaitement. Tout ça c’est de la désinformation, il y a des arrières pensées derrière cette campagne d’intoxication. En réalité ce n’est pas pour protéger les citoyens » clame le leader de l’UFC.

Faya Milimono le président du parti Bloc libéral l’accuse d’être à la base de ces dispositions de l’accord. Aboubacar Sylla répond: « merci pour le poids politique que vous me donnez. Si  à moi tout seul je suis capable d’imposer une disposition ça veut dire que j’ai une importance politique, un poids politique au delà de tout ce que je peut imaginer » dit-il.

Il précise que les leaders politiques qui s’opposent à ce projet vont devoir s’accommoder une fois qu’il sera adopté et promulgué. « Ainsi va la démocratie » dit-il.

« Ce n’est pas la dictature de la majorité, c’est la dictature de la loi. La loi est dure mais c’est la loi. Toute loi qui est promulguée doit être appliquée. Si vous vous opposez à son application, vous êtes en rébellion contre l’Etat » conclut-il.

 

 

 

à voir aussi

Aboubacar Soumah appelle à une manifestation populaire ce lundi

Réunis en assemblée générale ce samedi 15 décembre au siège du SLECG (Syndicat Libre des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*