Accueil / A la une / Abdourahmane Baldé déçu par Faya Milimono? Il le met en garde  » le parlement des jeunes ne sera ni vendu, ni acheté »

Abdourahmane Baldé déçu par Faya Milimono? Il le met en garde  » le parlement des jeunes ne sera ni vendu, ni acheté »

La crise qui secoue le parlement des jeunes leaders de la société civile est loi de connaître son épilogue. Le président destitué de cette structure de la société civile ne s’avoue pas vaincu. Il clame haut et fort qu’il reste le président de cette ONG.

« Destitué c’est vous qui le dites. Je rejette ça avec force et je tiens responsable ceux qui sont entrain de le dire. Dire que moi je suis destitué, c’est les gens qui le disent mais moi je vous dit je suis le présent du parlement des jeunes leaders de la société civile au niveau national. Et je suis très serein » persiste et signe Abdourahmane Baldé.

Il invite l‘ensemble des jeunes membres de cette structure qu’il qualifie de frustrés à rentrer dans les rangs dans les 72h qui suivent.

« Le parlement des jeunes leaders n’est pas une addition de jeunes réunis à Conakry. Il compte 19 bureaux. Ce n’est pas par ce que vous êtes frustré que le président doit être destitué. Il faut un congrès national« .

Il est accusé de harcèlement sexuel sur le filles membre du parlement. Des accusations qu’il balaye d’un revers de mains.

« Vous parlez de harcèlement, il s’agit de quoi? Lorsqu’une fille vous dit, le président il y a de cela 4 mois m’a invité dans un hôtel. Une fille âgée de plus de 18 ans avec un homme marié que je suis. Je l’ai invité dans un hôtel et je lui ai demandé de l’embrasser. Depuis 4 mois elle n’a rien dit, elle travaille avec moi, elle est dans l’institution, elle n’a rien dit. L’autre fille vient vous dire que le président m’a bien regardé et j’ai senti qu’il a envie de moi. Ce que je vous explique, n’est qu’une suite logique de la faiblesse en terme de qualification de nos ressources humaines en Guinée ».

Abdourahmane Diallo persiste et signe que Faya Milimono est l’instigateur de tout ceci.

« C’est un problème politique. Il y a eu un accord politique. Le président de la République a accepté de tendre la main à son frère Cellou Dalein. Docteur Faya Milimono représentant de l’opposition Républicaine boude le dialogue. Il est venu dans mon bureau pour me dire soutenez nous. Il m’a dit, le chef de file de l’opposition ne nous écoute pas. Il veut couper le fil qui est derrière lui. C’est lui qui tire les ficelles. Il m’a appelé 2 minutes avant que cette équipe manipulée ne rentre dans le bureau. Il y a même des membres qui étaient avec lui qui ont appelé pour s’excuser j’ai enregistré. J’attire votre attention  sur le fait que depuis que Docteur Faya a boudé le dialogue, il ne tient des réunion que dans Ratoma croyant que ces jeunes peuvent être manipulés. Il m’a rappelé, je lui ai dit que je ne suis pas d’accord que vous boudiez le dialogue par ce que avant la guerre c’est la négociation qui doit primer, après la guerre vous retournez au dialogue » dit-il.

L’ex président du parlement des jeunes leaders de la société civile se dit déçu du comportement du président du bloc libéral.

« C’est un homme en qui je plaçait une confiance mérité pour toutes ses prise de position dans ce pays. Mais je viens de me rendre compte  qu’il est prêt à tout pour attaquer le président, pour attaquer le chef de file de l’opposition. Le parlement des jeunes leaders n’est pas supposés soutenir un parti politique. Le parlement des jeunes ne sera ni vendu, ni acheté ».

 

Su les accusations de détournement de fond, Abdourahmane Baldé répond: « lorsque nous avons organisés la première édition de la semaine du savoir. Nous avons dit que nous voulons ne pas faire payer mais comme l’attestation doit coûter quelques choses, les participants vont payer 15 000 milles. Comme les membres vont se déplacer et qu’il ont besoin de quelque chose. Quand vous inscrivez quelqu’un à 15 000 GNF vous avez 5000 GNF. C’est 10 000 GNF qui rentre dans les caisses du parlement. Nous avons inscrit 419 personnes à 10 000 GNF. Des membres sont venus dire que Abdourahmane a détourné de l’argent. Alors qu’on avait déboursé 3000 GNF comme frais d’impression des attestations, vous déboursés des frais de transport de certains journalistes et des frais de jus. Vous verrez ce qui reste à l’intérieur » assène t-il.

à voir aussi

Aboubacar Soumah appelle à une manifestation populaire ce lundi

Réunis en assemblée générale ce samedi 15 décembre au siège du SLECG (Syndicat Libre des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*