Accueil / A la une / Reprise des cours dans les universités privées : le Collège des Etudiants fait le point sur le protocole d’accord signé

Reprise des cours dans les universités privées : le Collège des Etudiants fait le point sur le protocole d’accord signé

Lors d’une conférence de presse tenue ce lundi 31 octobre, le collège des étudiants des universités privées de Guinée (CEUP-Guinée) , a fait le point, sur la signature du Protocole d’accord entre le ministère de l’enseignement supérieur, et les fondateurs d’universités privées.

Entre autres point d’accord:  » la prise en charge des 4171 étudiants inscrits hors « djoliba »; la non orientation des boursiers de l’Etat dans les facultés de médecine, dans les filières de génie, hôtellerie et tourisme, la sélection et l’orientation des bacheliers de 2016 et les arriérés de paiement », a rappelé le président du CEUP-Guinée.

Les parties conviennent également que les 4171 étudiants inscrits hors  Djoliba, le Ministère soient pris en charge par l’Etat guinéen sous réserve de contrôle et la vérification des listes déposées par les institutions concernées. Il a été convenu la non orientation des boursiers de l’Etat  dans les facultés de Médecine de la Guinée pour l’année 2016-2017″ a expliqué Saala Diallo le président du CEUP-Guinée.

S’agissant des filières d’ingénieurs ou de génie, il a été retenu de les maintenir ouvertes avec un plafond de 50 étudiants par filière et une réduction des coûts de formation à la charge de l’Etat de près de 30% et les filières de tourisme et de l’hôtellerie,  la CRESUP (fondateurs) a pris la décision de les transférer progressivement à l’Enseignement technique et formation professionnelle .

Pour  l’orientation des bacheliers de 2016, une commission technique paritaire est mise en place et se réunira les jours à venir pour statuer sur l’état d’avancement du processus de sélection et orientation via la plateforme GUPOL. Les  arriérés du second semestre 2015-2016, le gouvernement s’est engagé à les payer  dans les meilleurs délais.

Cette association d’étudiants, fustige le mutisme de la société civile lors de cette crise.

« Durant ces négociations, personne ne nous a accompagné ni les parents, ni la société civile, ni les syndicats bien que c’est un problème national avec cela, l’éducation guinéenne est en danger » regrette t-il.

Ils mettent en gardent les deux parties sur le non respect de ces accords.

« Parmi les deux camps, je veux parler du Ministère et les fondateurs, celui qui ne va pas respecter cet accord, il nous (CEUP-Guinée) verra sur son chemin » prévient-il.

A rappeler que cet accord a permit la reprise des cours dans les universités privées ce lundi 31 octobre.

à voir aussi

La HAC annule l’accréditation du correspondant de RFI en Guinée

La Haute Autorité de la Communication (HAC), annule l’accréditation en cours de validité de notre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*