Accueil / A la une / Bisbille au sein du parlement des jeunes leaders: ce qu’on reproche au président destitué

Bisbille au sein du parlement des jeunes leaders: ce qu’on reproche au président destitué

Oumar Boun l’une des personne accusée de manipulation pour destituer Abdourahmane Baldé a donné sa version des faits ce lundi 31 octobre.

Le secrétaire chargé des affaires extérieurs a dit que la destitution de Abdourahmane Baldé s’est fait dans la règle de l’art.

Tout d’abord, il revient sur la journée du samedi 29 octobre.

« Comme toujours, l’Assemblée générale extra ordinaire se tient tous les samedis à 10h. Samedi dernier, nous sommes venus et certains ont commencé à poser des questions sur comment les activités sont menées, comment le parlement est géré. Et chacun à parlé à tour de rôle. On a trouvé que beaucoup de chose se passaient au sein du parlement par le président Abdourahmane. On a décidé à l’issue de tout ce qu’on a constaté, de la mettre en dehors de cette structure » dit Oumar Boun.

Plusieurs fautes lui sont reprochées dit Boun Oumar. Notamment des actes d’harcèlement sexuels.

« On lui reproche beaucoup de choses. Ce n’est pas moi qui l’accuse.  Les jeunes l’accusent de gestion opaque du parlement. Il est le seul qui prend des décisions, le seul qui gère l’argent, le seul qui nous représente partout. On l’accuse aussi de calomnie. C’est à dire que lorsque vous êtes avec lui, et que les autres ne sont pas là, ils vous parle des autres. On l’accuse aussi de manipulation. Il a appelé des jeunes qui font le taxi moto à Wanindara qui sont venus. il les a dit qu’il est pris en otage par un groupe de personne à son bureau. Nous, nous avons réussi à leur faire comprendre la manipulation qu’il était entrain de faire. On l’accuse aussi de détournement de biens du parlement. Nous l’accusons surtout de harcèlement sexuels des filles du parlement. Les filles sont là elles peuvent en témoigner le moment venu » dit-il.

A la question de savoir comment docteur Faya Milimono s’est il retrouvé dans cette affaire, Boun Oumar répond: « c’est Abdourahmane qui a impliqué Docteur Faya. Nous les jeunes qui sommes au sein de ce parlement, nous sommes loin de cette manipulation. Nous sommes loin de ce que Abdourahmane pense il le sait. C’est par qu’il n’a pas d’appui, qu’il parle de manipulation politique ».

Le procès verbal de l’Assemblée ordinaire a été signé à la gendarmerie.

« C’est lui même qui a envoyé ce message pour dire à la gendarmerie qu’il est pris en otage. Un pic up de gendarmerie est venu. Ils sont rentré. Ils ont assisté à notre Assemblée. Ils ont compris que ce que les membres de notre Assemblée Générale réclamaient était de leur droit ».

à voir aussi

Congrès du SLECG version Sy Savané: Louis M’bemba Soumah lance des piques

Les travaux du 6ème congrès national du SLECG version Souleymane Sy Savané ont été lancés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*