mercredi 21 février 2018
Accueil / A la une / Comment Cellou Dalein est-il arrivé à la tête de l’UFDG? La version de Bah oury

Comment Cellou Dalein est-il arrivé à la tête de l’UFDG? La version de Bah oury

Samedi 22 octobre dernier, Sidya Touré a ouvert une brèche sur les conditions qui ont favorisé l’arrivée de Cellou Dalein Diallo à la tête de l’UFDG.  Ce lundi, l’ancien vice président de l’UFDG Bah Oury et membre fondateur du parti UFDG a livré sa version des faits. Ils avaient un poulain qu’ils voulaient défendre a t-il lancé. lisez

 

Rappel des faits

« Je pense que c’est très important que les citoyens guinéens se remémorent l’histoire récente de notre pays notamment l’arrivée de Cellou à L’UFDG. Les années 2005 notamment la première partie de la décennies 2000 était une période de convulsion avec des tensions politiques et sociales majeures. Avec le doyen Bah Mamadou et les autres membres de l’opposition le RPG et l’UFR principalement, nous avions envisagés beaucoup de discussions de manière à avoir une transition politique dans une première phase avec les général Lansana Conté à la tête du pays. Et une forme de transition politique sans le général Lansana Conté. De ce point de vu il y avaient des Stratégies qui ont été élaborées,  la candidature unique en 2003 qui n’a pas prospéré. Le doyen Bah Mamadou s’était beaucoup investi à ce niveau mais il n’a pas obtenu gain de cause, puisse qu’ils y avait des rivalités de part et d’autre. Les élections communales de 2005 ont montré  un spectacle désastreux. Cellou était premier Ministre à l’époque. S’était la dernière chance pour le régime de Lansana Conté d’avoir une sortie de crise honorable. Mais le Gouvernement de 2005 a sacrifié cet espoir et a déçu l’espoir aussi bien de la communauté internationale. Ca a fait qu’au lendemain des élections, le pays a été plongé dans une crise.  Cellou a été éjecté et le processus politique arrivant, nous étions à la veille des élections législatives et présidentielles. Nous à l’UFGD il y avait une question d’organisation. Le doyen Bah Mamadou était relativement fatigué. Il y a des commerçants qui nous ont dit si vous voulez qu’on voua aide, faites en sorte que Cellou soit à la tête du parti.

Ce n’est pas l’intérêt d’une cause nationale qui les importaient. Ils avaient un poulain que eux ils voulaient défendre

Nous aussi nous avions une lecture, une vision de rassembler plus largement. Une vision également de ne pas dire puisse que ce n’est pas moi je ne veux pas que ça soit un autre. Et c’est la raison pour laquelle personnellement qui connaissait Cellou au paravent, j’avait estimé, que s’étais un réformateur et c’est la raison pour laquelle il a des problème auprès du président Lansana Conté. Maintenant je considère que j’avais une mauvaise lecture de la situation politique de l’époque. Il y a des gens qui ont dit si vous voulez qu’on vous aide, il faut tel. Il y avait un parti pris bien précis. Ce n’est pas l’intérêt d’une cause nationale qui les importaient. Ils avaient un poulain que eux ils voulaient défendre. Nous nous avions une vision dans cette démarche de rassembler. En politique, il faut rechercher ce qui est utile, ce qui fait avancer. Ce qui fait avancer, s’était de rassembler les forces et non avoir des partis éparpillés à gauche et à droite qui ne pourront pas peser. J’ai fait l’effort personnellement puisse que c’est moi qui ai fait le sacrifice de dire j’accepte que Cellou vienne et qu’il soit président du parti.

Je ne pensais pas qu’il était comme ça

Pourquoi nous avons fait venir Cellou de mon point de vu, d’une part nous étions relativement faible à Labé. Deuxièmement, nous pensions aussi qu’un ancien premier ministre qui a été relativement loyal vis à vis du général Lansana Conté, nous pensions que ça pouvais rapprocher l’UFDG de la Basse Guinée.

Je ne pensais pas qu’il était comme ça si non on n’aurais jamais fait ce que nous avions fait en 2007.

Un choix sur la base communautariste?

Tous les partis sont victimes d’une communautarisation de la vie politique. Et ça c’est un héritage que nous avons tirés après 1985. Tous les partis politiques ont été victime. Par ce qu’il y avait la fracture qui avait été causé par les évènement du 4 juillet 1985. La gouvernance du général Lansana Conté avait aussi fait émerger une ethno stratégie qui a poussé toutes les autres ethnies à se replier. Donc la constitution des partis politiques a été pénalisée par ces deux facteurs qui ont fait que jusqu’à présent,  nous essayons de nous en sortir.

à voir aussi

La violence instrumentalisée (Par Bah Oury)

Un gendarme a été tué dans le cadre d’une mission de maintien de l’ordre ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*