Accueil / A la une / Le député Amadou Damaro poursuivi par un cabinet d’huissier: »c’est pas un super citoyen » les faits tel que présentés par Maître Kissing Camara

Le député Amadou Damaro poursuivi par un cabinet d’huissier: »c’est pas un super citoyen » les faits tel que présentés par Maître Kissing Camara

Des huissiers de justice assignent le député et président du groupe parlementaire RPG arc en ciel en justice. Son procès s’est ouvert ce jeudi devant le tribunal de première instance de Kaloum.

L’affaire implique une société SOGUICOM pour laquelle serait intervenu le député Amadou Damaro Camara pour que la société soit payée au frais de l’Etat guinéen. Les huissiers de justice estiment que le député est intervenu en utilisant son statut pour faire bénéficier à la société des fonds de l’Etat. Plusieurs infractions son retenus contre Amadou Damaro Camara.

« Trafic d’influence, abus d’autorité, usage irrégulier de titre, ingérence ou immixtion dans les affaires judiciaires, corruption, confusion et complicité. Nous avons intenté une procédure correctionnelle contre lui conformément à la loi.

En 2011, Mohamed Camara représentant de la société SOGUICOM a envoyé de l’engrais, des herbicide au compte de l’Etat à hauteur de 29 milliards et quelque de franc guinéens. L’Etat lui a payé 9 milliards GNF et il est resté 20 milliards. Mohamed Camara nous a adressé une correspondance avec son avocat, qu’ils ont obtenu une décision de justice contre l’Etat guinéen. Nous avons signifié cette décision à l’agent judiciaire de l’Etat ensuite à Monsieur Jean Marc Téliano qui était à l’époque ministre de l’Agriculture, ainsi qu’au ministre du budget et du plan à l’époque. On était dans ses démarches pour le payement de son argent. Quand Mohamed Camara  a vu que l’affaire devait être réglé, il s’est caché de nous pour aller signer une convention avec le ministère des finances sans tenir compte de nos droits. Nous nous sommes dit qu’il faut appliquer les textes. Nous avons appelé Mohamed Camara pour qu’il vienne nous payer nos émoluments. Il a refusé. Et conformément à l’article 10 alinéa 2 de l’arrêté fixant le tarif des huissiers de justice, « qui dispose que toute fois si le créancier après avoir saisi un huissier de justice négocie ou règle à l’amiable avec le débiteur, à l’insu dudit huissier et sans tenir compte des frais de celui-ci, il supportera entièrement les dit frais assortis d’une pénalité de 5% des émoluments en cause.

Ainsi nous avons adressé une requête au juge du tribunal de première instance de Kaloum qui a pris une ordonnance pour saisir les comptes et les avoir de la société SOGUICOM. Nous avons confié cette tâche à un huissier qui a saisi le compte de la SOGUICOM au niveau de la BSIC, où se trouve le montant de 1 milliards 500 GNF alors que notre créance était évalué à hauteur de 2 milliards 700 GNF. Monsieur Damaro lui est allé voir les autorités comme lui même il a avoué dans la presse qu’il est parti voir le président. Mais vous remarquerez que dans la convention, nul part on ne parle de Damaro ni de l’intervention du président de la République. Mais plutôt on parle de l’exploit de l’huissier de justice e la lettre de transmission de l’agent judiciaire de l’Etat au ministre des finances. Damaro est le frère de Mohamed Camara. Il est allé dire au président de la République que c’est Mohamed Camara qui là aidé à gagner les élections à Beyla donc c’est son frère et ils sont dans la même société. A la presse il dit qu’un citoyen est parti le voir. Il a reconnu qu’il est allé voir le président, il a vu le ministre de la justice et ce qu’il n’a pas c’est qu’il est allé à la cour Suprême, il a rencontré tous les juges qui avaient en charge ce dossier.  On sait qu’il est actionnaire de la société et il mène des démarches auprès de l’exécutif pour avoir des marchés subventionnés par l’Etat. Il dit qu’on ne peut pas le poursuivre.

Dans la négociation, non seulement on lui a payé les 20 milliards, mais on lui a payé les 2 milliards 500 GNF de l’huissier. On lui a payé aussi quelques montants pour les préjudices subis.

Selon les ordres de virement que nous avons reçu, il a reçu en avril 4 milliards 185 millions. En mai 2015, il a reçu 5 milliards, en juin 2015 il a reçu 5 milliards, juillet 2015 il a reçu encore 5 milliards, en Août 2015 il a reçu aussi 5 milliards.  En tout il reçu 24 milliards 185 millions 257 milles GNF sur le dos de l’Etat et il a notre argent il refuse de nous remettre par ce que c’est pas lui qui nous paye c’est l’Etat. Il estime que lui il est un super homme, un super citoyen. Donc on a pas la chance de le voir par ce que c’est lui qui convoque l’Assemblée pour voter une loi. C’est ce qu’il ce dit. Mais nous nous avons engagés une procédure contre lui comme pour dire que c’est pas un super citoyen. Ensuite il ne va pas mourir comme député. Il a un mandat et sa mandature va finir. C’est pour ça que nous l’avons cité directement. Qu’il veuille ou pas, il va comparaître. Nous suivons la procédure.

à voir aussi

Aboubacar Soumah appelle à une manifestation populaire ce lundi

Réunis en assemblée générale ce samedi 15 décembre au siège du SLECG (Syndicat Libre des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*