Accueil / Non classé / Faya Milimono claque la porte du dialogue: le bloc libéral quitte l’opposition républicaine?

Faya Milimono claque la porte du dialogue: le bloc libéral quitte l’opposition républicaine?

Le leader du parti Bloc libéral n’est pas favorable au consensus trouvé lors du dialogue politique. Faya Milimono estime que une confiscation du droit de vote des citoyens guinéens.

Il dit que certains partis d’opposition au sein de l’opposition républicaine n’ont pas été associé à la prise de décision.  Une décision qu’il juge d’ailleurs illégale.

« Tout ceux dont nous parlons se fait au regard de nos valeurs. Quand celles-ci ne sont pas respectées, il ne faut pas continuer à accompagner les choses simplement pour s’accommoder. Pour qu’un groupe fonctionne de manière cohérente, il y a un minimum de respect mutuel, de loyauté au principe et non au consensus. Si cela n’est plus,  il faut reculer. C’est ce que nous avons fait hier » a t-il dit.

Reculer pour mieux sauter. Faya Milimono annonce que des concertation internes sont lancées pour déterminer si oui ou non, le BL va quitter l’opposition républicaine.

« En ce qui concerne l’opposition républicaine, nous sommes entrain de réfléchir. Nous avons lancé des consultations avec nos structures et nous sommes également en contact avec d’autres structures politiques qui pensent comme nous. Lorsque nous allons examiner la situation, nous verrons ce qui sera mieux pour nos différentes formations politiques mais également pour le peuple de Guinée » lance t-il.

Les acteurs politiques s’accordent à ce que les chef de quartiers et de districts soient désignés en tenant compte des résultats des élections communales. Une idée que Faya Milimono ne conçoit pas.

« Ce n’est pas par ce que nos institutions sont défaillantes que les valeurs cessent d’être des valeurs. Il faut que les gens arrêtent de nous amener dans des débats de caniveaux.

Quelque chose s’est passée hier, nous nous sommes retrouvé après avoir demandé un jour d’interruption des travaux pour nous concerter au niveau de l’opposition républicaine et définir de nouveaux objectifs. On a défini des positions qu’ils faillaient défendre. Dans la salle, quand ce fut le temps pour les élections locales, une autre position qui est contraire à celle que nous avons retenue. J’ai demandé simplement que la délégation de l’opposition demande l’interruption du dialogue pour revenir à la plénière qui nous a mandaté. On a pensé que c’est comme si on changeait une virgule dans quelque chose qui n’avait pas d’importance. Je ne fonctionne pas comme ça » dit-il.

Faya Milimono se sens donc trahi par ses paires de l’opposition.

« Nous faisons des dialogue par ce que nos institutions ne fonctionnent pas. Et nous faisait des dialogues à répétition sur les mêmes thèmes quasiment. On a dit qu’il fallait obtenir que la loi sur la CENI soit examinée à l’occasion de la session budgétaire qui s’est ouverte. Comme ça après les élections, qu’on ait déjà une loi qui nous permette de mettre en place une CENI qui va nous amener vers les élections législatives et présidentielles de 2020. L’opposition change alors que personne ne peut nous donner la garantie qu’après les élections locales, ces lois seront examinées » dit-il.

Une nouvelle crise donc au sein de l’opposition, alors que l’on pensais les divergences politiques aplani avec le rapprochement de la mouvance et de l’opposition.

à voir aussi

Mines: la Guinée dément les allégations d’abandon des poursuites contre BSGR

Conakry, le 14 Décembre 2017 – Le Gouvernement de la République de Guinée dément formellement les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*