Accueil / A la une / Matam-Hermakono : Il poignarde à trois reprises « l’amant » de sa femme, la victime parle plutôt d’une affaire d’argent

Matam-Hermakono : Il poignarde à trois reprises « l’amant » de sa femme, la victime parle plutôt d’une affaire d’argent

Abdoulaye Diallo, commerçant de son état a été sauvagement poignardé lundi 19 septembre par Saliou Bella Bah qui l’accuse, selon les témoins interrogés sur place, d’être l’amant de son épouse. Une accusation que la victime a rejetée en bloc. M. Diallo parle plutôt d’une affaire de 240 000 fg. La scène s’est déroulée à Hermakono dans la commune de Matam, a-t-on constaté sur place.

 

Quelques heures après l’acte, Saliou Bella Bah a été conduit au commissariat central de Matam alors que Abdoulaye Diallo, quant à lui, a été urgemment admis dans une clinique du quartier, nous indique  le chef de poste de police de Hermakono, l’inspecteur principal Habib Diarra.

«  Il était 9h 30 quand j’ai aperçu une foule derrière M. Saliou Bela Bah et M. Abdoulaye Diallo en compagnie  des agents sécurité. Le denier saignait beaucoup  au point que nous avons a jugé nécessaire qu’il parte d’urgence  à l’hôpital avant de conduire le premier au commissariat central de police de Matam pour des fins d’enquête », a-t-il expliqué.

La victime Abdoulaye Diallo, a souligné qu’il a été surpris de l’acte de M. Bah alors qu’il était venu chercher son argent après plusieurs rendez-vous manqués. « Monsieur Saliou Bela Bah me doit une somme de 240 000 fg. Il m’a donné plusieurs rendez-vous qu’il n’a jamais respectés. Aujourd’hui, quand je l’ai eu au téléphone, j’ai dit qu’il me donnera obligatoirement mon argent. C’est ainsi, il m’a dit de venir chercher. Quand je suis venu, il s’est directement jeté sur moi. Il m’a poignardé avec le couteau dans le visage et sur mon épaule avant de le placer dans mon dos », a-t-il raconté.

On t’accuse d’être l’amant de sa femme, lui-a-ton demandé ? « C’est faux », a-t-il répondu. « C’est une affaire d’argent qui est entre nous », soutient-il.

Interrogé par Guinéenews, Soriba ‘’enfant noir’’ Bangoura, président de la jeunesse de Hermakono a affirmé que le pire a été évité dans son quartier.

« Nous étions regroupés autour du thé quand nous avons été alertés d’un scandale dans le quartier chez Saliou Bella Bah. Nous sommes rapidement venus trouver la porte de M. Bah fermée que nous avons tapé. Quand il l’a ouverte, il nous a dit qu’il ne lâchera jamais M. Diallo tant que sa famille ne vient pas.  C’est ainsi, nous l’avons intimé qu’il amène M. Diallo chez les autorités. Entre-temps, nous avons aperçu deux agents de police de passage que nous avons appelé afin qu’ils viennent au secours. Quand ceux-ci sont venus, ils ont défoncé la porte. M. Diallo est sorti en courant, il saignait partout. Après l’acte,  il y avait un groupe de jeunes très remonté qui ont voulu mettre le feu au domicile de M. Saliou Bella Bah et au poste de police. Nous nous sommes catégoriquement opposés à ces jeunes que nous avons fini par dissuader ».

Nos tentatives d’avoir la version de M. Saliou Bella Bah en détention au commissariat central de Matam sont restées vaines. « On ne peut rien pour vous, les enquêtes sont en cours », nous a sèchement répondu un agent que nous avons trouvé sur place.

 

GUINEENEWS

à voir aussi

Les familles des 4 soldats guinéens tués à Kidal ont reçu une indemnité de 632 millions GNF

Les familles des 4 soldats guinéens tués à Kidal au Mali, ont reçu chacune une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*