Accueil / A la une / Scandal de corruption: Alpha Condé dans le collimateur de la justice américaine

Scandal de corruption: Alpha Condé dans le collimateur de la justice américaine

L’homme d’affaire gabonais Samuel Mebiane a été arrêté le 18 août par le FBI dans une affaire de corruption internationale orchestrée par la firme Och-Ziff Capital Management. Une firme d’arbitrage financier qui brasse des milliards de dollars des fonds de pensions et d’investisseurs privés dans des contrats miniers en Afrique.

Le fils de l’ancien Premier ministre du Gabon Léon Mebiame est accusé par la police fédérale américaine d’avoir été un intermédiaire pour l’obtention de plusieurs contrats miniers en Afrique notamment au Tchad, au Niger et en Guinée.

Mais cette affaire, comme le révèle le Financial Times, pourrait concerner d’autres personnalités du monde politique ou du milieu des affaires, dont le président guinéen Alpha Condé ou l’homme d’affaires sud-africain Walter Hennig. D’après le quotidien américain, Samuel Mebiame agissait au nom d’Africa Management Limited (AML) — une société d’investissement dans les mines africaines créée en 2007 —, en partie détenue par le capital-investisseur Och-Ziff Capital Management, déjà mentionnée par le New York Times lors de l’arrestation en août.

Mebiane est soupçonné d’avoir été l’intermédiaire et le démarcheur de la fameuse firme Palladino, qui avait « prêté » 25 millions de dollars au candidat Alpha Condé en échange de concessions minières futures. Ebruité par le journal anglais The Financial Times, le ministre des finances de l’époque Kerfalla Yansané avait annoncé le remboursement du prêt à Palladino.

En décembre 2012, Samuel Mebiane avait proféré des menaces de « tout dévoiler » dans des enregistrements audio fait à son insu lors d’une conversation avec un ancien ministre guinéen des mines qui l’avait rencontré en Floride dans une résidence luxueuse. Mebiane disait notamment détenir des documents compromettants mettant la lumière sur la « fraude électorale » orchestrée en 2010. Ces documents n’ont jamais été rendus publics et Mebiane s’est rétracte par la suite à travers son avocat.

Le FBI et la SEC enquêtaient depuis plus de 5 ans sur Och-Ziff dans ces affaires de corruption présumée. Dans sa déposition aux agents du FBI Mebiane affirme avoir eu un « accès spécial dans des opportunités minières en Guinée »  grâce – selon lui – à des paiements qu’il a faits à des hauts fonctionnaires guinéens. L’agent du FBI dans son rapport d’enquête écrit que Mebiane a dit qu’en 2010 il a fourni une Mercedes Class S à « un candidat pour un haut poste politique en Guinée qui sera élu par la suite ». Ce candidat est surnommé « Offficial #1 »  dans le rapport d’enquête. En plus, aux environs du 15 mars 2011, Mebiane arrangera un paiement de 440.000 dollars pour la location d’un avion privé pour Official # 1.

La firme Och-Ziff a déjà annoncé à ses actionnaires qu’elle est sous enquête criminelle et se prépare à « un règlement à l’amiable » avec le FBI et la SEC pour une amende de 400 millions de dollars.

Selon nos confrères de Jeune Afrique, Samuel Mebiane agissait au compte d’une société d’investissement dans les mines africaines. Africa Management Limited (AML) créée en 2007.

Récemment, un autre rapport établi par l’ONG Britannique « Global Witness » a révélé un grand scandale de corruption dans les mines guinéennes. Le nom du fils du Président Alpha Condé avait été cité dans ce grand scandale dans lequel était également associé Bouba Sampil, le patron d’une société minière de la place.

Mohamed Alpha Condé et Aboubacar Sampil, sont cités dans une affaire d’octroi d’une concession minière située sur les chaînes du Mont Nimba, au sud de la Guinée, à la junior minière britannique Sable Mining. C’est Jeune Afrique qui a révélé l’information, après avoir consulté un rapport de Global Witness.

Le gouvernement dit dans un communiqué, suivre attentivement cette affaire et est disposé à faciliter les investigations nécessaires pour aider les autorités américaines à faire la lumière sur les allégations en lien avec la Guinée.

à voir aussi

Mines: la Guinée dément les allégations d’abandon des poursuites contre BSGR

Conakry, le 14 Décembre 2017 – Le Gouvernement de la République de Guinée dément formellement les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*