Accueil / A la une / Yémen: Washington annonce une réduction de son soutien à la coalition arabe

Yémen: Washington annonce une réduction de son soutien à la coalition arabe

A quelques jours de la visite du secrétaire d’Etat américain John Kerry en Arabie saoudite, les Etats-Unis annoncent ce samedi 20 août une réduction du nombre de leurs conseillers militaires auprès de la coalition dirigée par Riyad. Une annonce qui intervient alors que l’ONU a tiré la sonnette d’alarme sur les destructions subies par le Yémen et quelques jours après la décision de l’ONG Médecins sans frontières d’évacuer son personnel de plusieurs hôpitaux du nord du pays après un raid de la coalition arabe qui a fait 19 morts.

C’est le porte-parole de la 5e flotte américaine, basée à Bahrein, qui l’a annoncé ce samedi matin. Cette réduction du nombre des conseillers s’expliquerait par une « baisse de la demande d’assistance » des Saoudiens, a expliqué le lieutenant Ian McConnaughey.

Les Etats-Unis vont garder un nombre limité de conseillers auprès de la coalition, soit « moins de cinq qui travaillent au sein de la cellule de conseillers », a précisé le porte-parole. L’US Navy avait auparavant environ 45 conseillers auprès de la coalition, travaillant en Arabie saoudite comme à Bahreïn.

Le lourd tribut des civils au conflit

Cette décision n’est pas liée au nombre élevé de pertes civiles, a assuré le lieutenant Ian McConnaughey, et elle n’affecte en rien le soutien apporté par Washington à la coalition conduite par Riyad au Yémen.

 Mais il y a sans doute un embarras croissant à Washington devant l’incapacité de la coalition à limiter le nombre de victimes civiles dans ce pays. Embarras d’autant plus important qu’une partie des bombes utilisées par l’Arabie saoudite sont fournies par les Etats-Unis.

C’est que depuis le 9 août dernier, les raids de la coalition arabe se sont intensifiés après lasuspension des négociations de paix qui se tenaient au Koweït, sous l’égide des Nations unies. Mardi 16 août, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a actualisé le bilan des victimes du conflit yéménite entre le 19 mars 2015 et le 15 juillet 2016 : il s’établit à 6 571 morts et 32 856 blessés, dont de nombreux civils. Quelque 80 % de la population a besoin d’une assistance humanitaire, selon l’ONU.

D’autre part, plusieurs établissements de santé, gérés par MSF, ont été touchés par des raids de la coalition arabe. Médecins sans frontières a ainsi décidé jeudi d’évacuer son personnel de six hôpitaux du nord du Yémen après un raid ayant fait 19 morts et 24 blessés dans l’un de ces établissements. Selon l’organisation humanitaire, c’est la quatrième fois qu’une structure qu’elle soutient est touchée au Yémen. Face au tollé international provoqué par cette attaque, une enquête dite « indépendante » a été ouverte par la coalition.

L’Arabie saoudite, un allié incontournable

Entre la destruction de centaines de structures et la pénurie d’électricité, d’eau potable et de médicaments, le système de santé est en passe de s’effondrer au Yémen, avertissait en avril dernier l’Organisation mondiale de la santé.

Les Etats-Unis n’ont sans doute pas l’intention de réduire leur assistance militaire à un allié considéré comme incontournable au Moyen-Orient, mais Washington a peut-être décidé de faire davantage pression sur l’Arabie saoudite pour que celle-ci réduise le nombre de pertes civiles, provoquée par son intervention au Yémen.

avec AFP

à voir aussi

Mohamed Salah élu Footballeur Africain BBC de l’année 2017

Après un nombre record de votes, la star de Liverpool Mohamed Salah a devancé le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*