Accueil / INTERVIEW / Mort d’Adama Traoré: la responsabilité des gendarmes se précise

Mort d’Adama Traoré: la responsabilité des gendarmes se précise

L’enquête sur la mort d’Adama Traoré, décédé le 19 juillet en banlieue parisienne après avoir été interpellé par les gendarmes, connaît un nouveau rebondissement. Une source proche de l’enquête a déclaré à l’Agence France-Presse que le jeune homme de 24 ans avait été maintenu au sol sous le poids des corps de trois gendarmes, accréditant la thèse d’une asphyxie provoquée par l’immobilisation, selon l’avocat de la famille.

Il est 17h15, mardi 19 juillet à Beaumont-sur-Oise, lorsque des gendarmes opèrent un contrôle d’identité sur Adama Traoré, raconte cette source proche de l’enquête. A la vue des gendarmes souhaitant l’interpeller, cette même source assure que le jeune homme aurait posé son vélo et serait parti en courant.

En fuite, réfugié dans un appartement, Adama Traoré est débusqué par les militaires une demi-heure plus tard. Ces derniers se jettent sur lui pour l’interpeller. Les auditions des gendarmes, révélées par Le Monde et Libération, le confirment. Les militaires ont reconnu avoir immobilisé le jeune homme en le plaquant à trois avec le poids de leurs corps.

Confirmation de l’autopsie

Peu après son interpellation, Adama Traoré aurait indiqué avoir des « difficultés à respirer ». Il perd connaissance dans le véhicule des gendarmes et décède à 19h05. Or, selon les rapports d’autopsie, le jeune hommeserait bien mort d’asphyxie.

L’avocat de la famille du défunt, Me Yassine Bouzrou, va désormais porter plainte pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. « Nous savons grâce aux deux autopsies réalisées que monsieur Adama Traoré est décédé suite à une asphyxie. Nous savons que l’asphyxie peut provenir d’une compression thoracique. Donc nous avons aujourd’hui les éléments laissant penser que les agents interpellateurs ont commis les violences qui ont conduit à la mort », explique Me Bouzrou. Il souhaite également que l’enquête soit confiée à un autre tribunal, où, selon lui, elle sera moins partiale.

par rfi

à voir aussi

Les familles des 4 soldats guinéens tués à Kidal ont reçu une indemnité de 632 millions GNF

Les familles des 4 soldats guinéens tués à Kidal au Mali, ont reçu chacune une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*