Accueil / Economie / Usine Friguia-Rusal : le syndicat réfute les accusations du gouvernement

Usine Friguia-Rusal : le syndicat réfute les accusations du gouvernement

Le vendredi 22 juillet 2016, lors du passage de la délégation gouvernementale et celle des partenaires Russes dans la cité de l’alumine, le ministre d’État chargé des investissements et du partenariat public-privé Kassory Fofana a critiqué les syndicalistes qui, selon lui ont occasionné la fermeture de l’usine. De leur côté, les représentants syndicaux ont vigoureusement rejeté cette accusation.

« Je suis très déçu des travailleurs de la société, qui nous font porter le chapeau de l’échec de cette grève, dû au refus de la direction de Rusal, qui a toujours refusé de s’asseoir avec le syndicat pour discuter sur les 13 points de la plate forme revendicative que nous leur avons présentée. Pour rappel, ce sont ces mêmes travailleurs qui nous ont menacés
de mort si on ne déposait pas le préavis et l’avis de grève, en présence de l’ex ministre des mines Mohamed Lamine Fofana, de l’ex préfet Mamadou Conté et des représentants du syndicat national. Aujourd’hui, qu’on dise tout sur nous, cela ne va aucunement nous déranger et nous sommes fiers d’être des syndicalistes qui étions en train de se battre pour le bien être de ces ingrats de travailleurs. Ces ingrats (travailleurs indélicats, ndlr) nous ont laissés en cours de chemin mener seuls la grève ; parmi nous, beaucoup ont été corrompus par les Russes pour disloquer le mouvement et rapporter des noms de plusieurs d’entre nous à la direction. Beaucoup de travailleurs ont été répertoriés à tord et ne reçoivent pas d’assistance alors qu’ils ne font par partie du syndicat. Ce n’est pas sérieux de sacrifier son propre frère pour des raisons personnelles et égoïstes alors que nous sommes tous des Guinéens.

Nous avions des sons audio et vidéo que nous allons rechercher et mettre à la disposition des médias, pour que tout le monde sache la vérité afin qu’on colle la paix aux syndicalistes qui n’ont fait que ce que la loi syndicale et constitutionnelle leur recommande et de savoir si ceux sont les syndicats qui sont à la base de la fermeture de l’usine ou pas ? Pour rafraîchir la mémoire des perdus et d’un gouvernement faible qui ne fait que de la politique. Kassory n’a qu’à dire ce qu’il veut aujourd’hui, il a oublié le moment où il diffamait le professeur Alpha Condé en disant que c’est lui qui a fermé l’usine pendant les campagnes des élections législatives. Si on n’avait eu gain de cause, du plus petit ouvrier au DGA (directeur général adjoint) chacun allait en tirer profit et voir sa condition de vie améliorer. Mais hélas ! les jours à venir nous édifieront » se défendent les représentants syndicaux.

à voir aussi

Les familles des 4 soldats guinéens tués à Kidal ont reçu une indemnité de 632 millions GNF

Les familles des 4 soldats guinéens tués à Kidal au Mali, ont reçu chacune une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*